Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète : Bandes gribouillées
Forum Myst Aventure > On ne joue plus ! > Le Bazar des Arts
Pages : 1, 2
Scribe
Un topic pour parler du Neûviême Ârt comme il convient pompeusement de le qualifier dans les dîners mondains pour ne pas paraître ridicule quand on veut parler mickeys.

Histoire de lancer, hop, ce sujet, un site que j'ai découvert y'a pas longtemps, qui propose des chtites BDs en 3 ou 4 cases, en angliche mais y'a souvent peu de texte, le dessin parle de lui même :

The Perry Bible Fellowship

Faut cliquer sur les noms dans la colonne centrale.

J'aime particulièrement celles dessinées par le type qui fait des personnages blancs avec des points noirs pour les yeux et la bouche. Y'a presque pas de texte et il arrive quand même à faire des trucs très drôles :

pbfcomics.com/?cid=PBF246-Bee.gif
pbfcomics.com/?cid=PBF210-Wishing_Well.gif
pbfcomics.com/?cid=PBF128-Chew_Boy.gif
pbfcomics.com/?cid=PBF006-The_Man_with_No_Penis.gif (j'adore biggrin.gif)

Quelques une d'autres dessinateurs :

pbfcomics.com/?cid=PBF234-Finneas.jpg
pbfcomics.com/?cid=PBF238-Capital_Punishment.jpg

Bon enfin bref vous êtes grands débrouillez vous, vous cliquez sur le premier de la colonne, vous les passez en revue et en cliquant sur "Older" et vous y passez l'aprèm.
Scribe
Ah en fait c'est le même gars qui fait tout, mais avec différents styles semble t-il. Il est plutôt doué l'animal.
Gandalf le OUF
Bon, alors on va tout de suite laisser la place à Dreeli qui va nous faire la liste des 35674 bd qu'elle possède et nous en faire une critique exhaustive!

Les autres sont priés d'aller sur d'autres posts, circulez, y a rien à voir!
dreeli
laugh2.gif laugh2.gif laugh2.gif pfffffffffffffffffff ah non je suis membre d'un forum prévu pour ça, vais pas sévir là-dessus ici (quoique pour certaines séries que je juge incontournable, je pourrais le faire si *Sublime blonde* le permet)
Volyova
Et pourquoi je ne le permettrais pas ? rock.gif
D'autant que je pense ne pas être en reste question quantité de BD dans ma biblio biggrin.gif
La Nounoutte et le Alex, idem.
Et la Dournouille, pas moins.

Le challenge ça va être de nous faire découvrir des choses qu'on ne connaissait pas déjà.

Scribe, dans ce topic, a plutôt choisi de nous faire découvrir de la BD accessible sur le Net et pas forcément connute.
(je traîne depuis une heure sur les liens du gougnafier créateur de ce sujet! : ()
Scribe
CITATION
Scribe, dans ce topic, a plutôt choisi de nous faire découvrir de la BD accessible sur le Net et pas forcément connute.
Oh je n'ai rien choisi du tout, j'ai surtout pris prétexte de la découverte de ce site pour lancer la question ici, mais j'ai pas posé de restrictions, parlez librement de tout ce que vous voudrez, du connu, du pas connu, du semi-connu, de BD française, belge, anglaise, tchécoslovaque ou chilienne, de la BD du net comme de la BD papier, de mangasse, de vos créations, de celles de votre frère, voisin ou chien!
GGofLove
CITATION
CITATION
Scribe, dans ce topic, a plutôt choisi de nous faire découvrir de la BD accessible sur le Net et pas forcément connute.
Oh je n'ai rien choisi du tout, j'ai surtout pris prétexte de la découverte de ce site pour lancer la question ici, mais j'ai pas posé de restrictions, parlez librement de tout ce que vous voudrez, du connu, du pas connu, du semi-connu, de BD française, belge, anglaise, tchécoslovaque ou chilienne, de la BD du net comme de la BD papier, de mangasse, de vos créations, de celles de votre frère, voisin ou chien!
Ah ben NON! paskontent.gif
Pas celles de mon chien, quand-même!
Volyova
Tiens, ça me rappelle le lien signalé par AlexRow que j'avais vraiment adoré.

Un copain à lui, Tewoz, dessine des petits strips directement inspirés pas sa vie au boulot : Son blog et l'intégrale de ses dessins.
dreeli
Bien puisqu'on peut, j'y vais pour vous faire découvrir ce que je pense être un des chefs-d'oeuvre absolu de ses dernières années dans le monde de la bande dessinée et qui n'est pas dû à des auteurs franco-belges!

Je veux parler de
BLACKSAD

Image IPB

Cette série comporte actuellement trois titres qui sont déclinés en trois couleurs, noir, blanc et rouge. Les auteurs sont Guarnido et Canales.

Biographie des auteurs :

Juanjo Guarnido
né en 1967 à Grenade (Espagne)
Image IPB
Juanjo Guarnido passe son enfance à dessiner au village de Salobrena, au bord de la Méditerrannée. Plus tard, sa famille s'installe à Grenade, où il fait ses études de Beaux-Arts et où il obtient son diplôme. Il participe à la confection de plusieurs fanzines grenadins. Durant ces années, il publie de nombreuses illustrations chez Comics Forum - Planeta de Agostini pour l'édition espagnole de Marvel, ce qui lui permet de toucher un public espagnol assez large. Il prend ensuite contact avec le milieu du dessin animé et s'installe à Madrid où, pendant trois ans, il travaillera pour plusieurs séries télé.
Le premier jour dans le studio, il rencontre Juan Diaz Canales, qui deviendra son scénariste sur Blacksad. En 1993, il déménage à Paris pour intégrer les studios Walt Disney de Montreuil, où il travaille comme lau-out-man et actuellement comme animateur. Adepte depuis toujours de la BD européenne, il entreprend patiemment ce qui sera la longue fabrication de son premier album. Blacksad est son premier album et il est édité chez Dargaud (novembre 2000).

Juan Diaz Canales
né en 1972 à Madrid (Espagne)
Image IPB

Scénariste
Juan Diaz Canales lit très tôt de la bande dessinée avant de s'intéresser au dessin animé. C'est décidé, il en fera son métier : à 18 ans, il intègre une école d'animation. C'est là qu'il rencontrera Juanjo Guarnido avec lequel il se liera d'amitié. Juan Canales restera en Espagne alors que Juanjo Guarnido partira en France travailler aux studios d'animation de Disney. Mais cela ne les empêchera pas de réfléchir à un projet de bande dessinée qui prendra forme sous le nom de Blacksad. Une série écrite par Canales dans le plus pur style polar noir des années 30.
Pendant ce temps, Canales continue de fréquenter l'école des Beaux Arts avant de décider de fonder en 1996, avec trois dessinateurs, une société baptisée Tridente Animation. Il sera ainsi amené à travailler avec des sociétés européennes et américaines. Canales partage son temps entre son activité de scénariste pour la BD (Blacksad) ou l'animation (Otel) et celle de réalisateur de séries télé et films d'animation longs métrage.
Blacksad est son premier album et il a obtenu le Prix Avenir lors du Festival de Lys-lez-Lanoist en novembre 2000.

---------------------------------------------
Ce qui me fait vibrer c'est l'option de remplacer les humains de ces polars par des animaux et de très bien rendre les défauts des premiers à travers les espèces dessinées! Et puis le dessin est superbement leché si je peux me permettre. Dessinant moi même, mon oeil a tout de suite frisé par rapport au style! Et puis, les scénars ne sont pas mal du tout et rende assez bien le côté polars à la Humphrey number-one-45.gif
Tout tourne autour du personnage central de John Blacksad, chat noir, exerçant le métier de détective privé (ou fouille-merde selon les individus rencontrés) et l'atmosphère sombre des films noirs prend place donc dans un New York des années 50, le tout rendu autant par le graphisme que par le jeu de la voix off, de répliques et de silences expressifs typés.

Image IPB

Personnages principaux :

John Blacksad, un chat détective privé. C'est l'archétype du héros solitaire, sombre et désabusé, ancien gamin des rues qui a bien tourné, comme il le dit à son ami Otto Liebber : « Avant je courais devant la police, maintenant c'est moi qui cours après les méchants. » Il semble n'avoir aucune famille vivante et n'a eu qu'un seul vrai amour : l'actrice Natalia Wilford.
Smirnov, un berger allemand commissaire de police. Droit et intègre, il entretient une rivalité amicale avec John, et l'apprécie à sa juste valeur.
Weekly, une fouine journaliste. (apparue au cours du deuxième album) Il travaille pour le What's news, un journal à scandales. John le sauva d'un lynchage en règle par les membres de l'Arctic Nation. Ce curieux est toujours au courant de tout. Mais il se remarque aussi par son manque d'hygiène

Bref, je vous invite vraiment à vous plonger dans la vie de ce matou, c'est vraiment un incontournable! C'est chez Dargaud!
Image IPB Image IPB
Scribe
J'ai lu et relu les trois, c'est excellent, je suis un grand fan. yes.gif Y'a aussi un album d'études de dessins qui est paru, où on voit les croquis, les essais de couleurs, les choix de l'auteur etc. C'est vraiment très très intéressant à lire. number-one-45.gif
Volyova
Le dessin et le style de cette série m'ont souvent attirée mais je n'ai jamais eu envie de l'acheter spamafote.gif
En fait je n'aime pas du tout les BD qui mettent en scènes des animaux menant des vies d'humains. Je n'arrive pas à m'investir dans le truc, je n'y crois pas une seconde. Bref, ça me saoûle biggrin.gif

P.S. to Dreel : j'ai "nettoyé" ton messages des 24 657 balises inutiles. C'était un souk! laugh2.gif J'en ai profité pour changer la couleur de texte, le rouge vif c'est pas top. :o :
Scribe
CITATION
Le dessin et le style de cette série m'ont souvent attirée mais je n'ai jamais eu envie de l'acheter spamafote.gif
En fait je n'aime pas du tout les BD qui mettent en scènes des animaux menant des vies d'humains. Je n'arrive pas à m'investir dans le truc, je n'y crois pas une seconde. Bref, ça me saoûle biggrin.gif
Ouais mais justement, dans Blacksad l'utilisation des personnages-animaux n'est pas un simple gadget visuel, elle est toujours pertinente et révélatrice de la personnalité du personnage. C'est vrai qu'on pourrait se dire de prime abord que ouais, c'est facile, c'est caricatural, et en fait non, ça apporte vraiment un plus au récit. J'te conseille d'en lire un au moins (en bibli, chez un ami de bon goût ou alors tu le voles, comme tu le sens).
Volyova
Et à quoi ça sert les rayons BD de l'enseigne vert caca d'oie ? Hein ?
J'ai lu le Tome 1, un après-midi que j'étais venue acheter un petit câble USB et que je suis repartie avec 97 euros de bouquins...

Classique dents.gif
Volyova
Je cite ci-dessous un message de Gabu, posté à l'origine dans le sujet "What's your perversion ?"

CITATION
Plus léger pour le portefeuille, il y a le webcomic.
Je garde un oeil sur ceux-là, sans prétendre y voir un palmarès :

The noob - thenoobcomic.com/index.html (adresse soufflée par Blastercalm en d'autres temps)
Le petit monde des joueurs en ligne, dans un jeu nommé Clichequest (!) où la première des quêtes consiste à rapporter des queues de rats (!!). Les joueurs rivalisent d'ingéniosité et de bêtise, l'un des méchants PK (player killer) se nomme "Your name here" (!!!), un autre est réduit à un nez dans un bocal (!!!). Savoureux.

Inverloch - seraph-inn.com/
De la fantasy (très) classique, une histoire solide, agréable mais sans génie, le très élégant dessin (c'est surtout lui qui me retient) d'une étudiante australienne et une attention portée aux personnages qui évoque un peu Ursula le Guin. Du bon boulot classique, en somme.

Falcon Twin falcontwin.com
Récit terminé, mais rien n'empêche de tout reprendre au début. L'auteur est (je crois) un tout jeune américain qui a choisi de raconter l'histoire d'une japonaise piégée dans un univers parallèle. Partez pas!
L'histoire était composée dès le début, à tel point que le prologue en révèle d'emblée la chute (qui n'est pas heureuse). Adonc notre adolescente, en plein tourment existentiel, se retrouve, à la suite d'un attentat ? vendetta ? un brin massacreur, larguée avec sa meilleure (et seule) copine, volontaire et décidée, dans un monde inconnu. Premier bon point : l'héroïne positive disparaît très vite et le vilain petit canard va devoir se débrouiller sans. Deuxième bon point : le monde en question est, comme il se doit, un peu surprenant (une corporation de voleurs avec des horaires réglementés, des prêtres bons clients des armuriers... ), on y fait bien sûr de la magie (expliquée presque rationnellement), mais il a une histoire, une mythologie, une politique... Il est aussi brutal, voire franchement sanguinolent. Le méchant est une méchante (toute l'histoire est très féminine, voire assez lesbienne par moments), superbement roulée et d'un sadisme presque ingénu.
Le dessin est très intéressant, parce qu'on voit les progrès de l'auteur : ça commence au niveau du très médiocre crobard dans des marges de cahiers et se termine par de splendides scènes d'incendie.
Pas vraiment jovial ni reposant, mais très prometteur.

The Rainbow Orchid inkytales.co.uk/rainboworchid/index.php
Rien à voir avec ce qui précède : on est ici en plein dans la lignée de Tintin ou Blake et Mortimer, côté Grande Pyramide. L'anglais qui dessine ça sait tenir un crayon, il arrive même à rendre les Français ni ridicules ni antipathiques. Le boulot sérieux échoit, bien sûr, aux Anglais - faut pas déconner.

Dimples dailycomic.diaryland.com/
Encore autre chose. Ici, c'est une canadienne de Vancouver qui se lance, soyons chic, dans un blog en forme d'autofiction dessinée : le héros principal est elle, en mieux, et les bonnes copines interviennent régulièrement.
Le rythme est quotidien, ce qui a deux conséquences : le dessin est plus schématique (et manie le copier/coller avec efficacité), l'inspiration est fluctuante. Elle a heureusement pris une teinte légèrement brindezingue : l'héroïne parle aux animaux, chérit tendrement une ravissante tarentule, cache un extraterrestre sarcastique dans sa chambre, a un caractère de cochon, est une fan du Fantôme de l'Opéra... Elle a fini par se marier (pas l'auteur!) lequel auteur a dernièrement décidé que l'heureux époux était, en fait, un super héros (avec analyste). Avocat dans le civil, c'est le genre à lire les toutes petites lettres d'un contrat d'adhésion à la ligue des bons, contrat proposé par Superman en personne. Réaction de madame : tu aurais pu lui demander un autographe... Sans prétention mais j'aime bien.

Girl Genius girlgeniusonline.com/
Retour à la fantasy. Là, c'est du boulot de professionnels qui ont porté sur le Web des planches papier. Dessin et personnages typiquement américains, hyperactifs pris dans une histoire à rebondissements perpétuels. N'aurait que peu d'intérêt si l'histoire ne se déroulait dans une Europe uchronique, victorienne-vernienne, où se mêlent dirigeables géants, mécanique exacerbée, armes venues de la Guerre des Etoiles, monstres à fort accent germanique et anarchie post féodale. Réjouissant.

voilà, voilà...
dreeli
CITATION
P.S. to Dreel : j'ai "nettoyé" ton messages des 24 657 balises inutiles. C'était un souk! laugh2.gif J'en ai profité pour changer la couleur de texte, le rouge vif c'est pas top. hoo2.gif

oui merci j'ai abandonné, chaque fois que je voyais une balise qui dérapait, je corrigeais et j'en avais une autre qui déconnait laugh2.gif laugh2.gif
dreeli
CITATION
CITATION
Le dessin et le style de cette série m'ont souvent attirée mais je n'ai jamais eu envie de l'acheter spamafote.gif
En fait je n'aime pas du tout les BD qui mettent en scènes des animaux menant des vies d'humains. Je n'arrive pas à m'investir dans le truc, je n'y crois pas une seconde. Bref, ça me saoûle biggrin.gif
Ouais mais justement, dans Blacksad l'utilisation des personnages-animaux n'est pas un simple gadget visuel, elle est toujours pertinente et révélatrice de la personnalité du personnage. C'est vrai qu'on pourrait se dire de prime abord que ouais, c'est facile, c'est caricatural, et en fait non, ça apporte vraiment un plus au récit. J'te conseille d'en lire un au moins (en bibli, chez un ami de bon goût ou alors tu le voles, comme tu le sens).

Tout à fait correct, je ne suis pas fan non plus de l'anthropomorphisme (à replacer dans une conversation et à prononcer trois fois de suite très vite) (ex. dans les premières moutures de Chick Bill de Tibet, tous les personnages ont des truffes) mais là c'est vraiment une étude de caractère très pertinente! Et je donnes le même conseil que Scribounet, emprunte le volume un à quelqu'un et tu verras
reekoo
Vous connaissez Le codex angélique? Non? Et ben c'est bien. Voilà.
Bon je sens que je vais me faire lyncher si je développe pas un peu plus donc :
L'histoire est somme toute pas forcément super originale mais elle est plutôt bien ficelée. Ca devrait plaire aux amateurs de Lovecraft, Jules Verne et Allan Poe. En plus, c'est truffé de clins d'oeil très intelligents, qu'ils soient évidents ou très bien cachés : dans le tome 2, par exemple, on croise Sigmund Freud, entre autres. Dans mon cas, l'immersion a été totale. Quant aux dialogues, ils sont franchement savoureux, grâce à l'utilisation de l'argot.
De plus, le dessinateur a vraiment sa patte : il adore l'anatomie et ca se voit. Il a un trait vraiment souple, super délicat mais très énergique tout de même. Son blog
Voili voilou!
Volyova
Alors ça c'est superbe!! J'adore! inlove2.gif
Merci du tuyau reekoo respect.gif

Image IPB

Image IPB
reekoo
J'ajoute que c'est la première BD du dessinateur (pour le scénariste aussi je crois mais je n'en suis pas sur). Ca promet donc franchement pour la suite.
Scribe
Ah ouais, ça a l'air sympa. smiley.gif Bon d'habitude je fuis un peu les albums qui ont des titres qui sentent le fantastique de bas étage, les ersatz dégénérés du Seigneur de Anneaux ou autres rejetons du Da Vinci Code, mais là ça a l'air d'une autre trempe. Bon ils pourraient trouver des titres moins concon. paskontent.gif

Ce message a été joyeusement modifié par Scribe - 13/03/2008, 19 : 57.
dreeli
Pas encore lu mais déjà feuilletté, le dessin m'avait bien accroché car il est très doué! Vais essayer de le lire chez mes copains libraires avant d'acheter biggrin.gif
dreeli
Non, Rosinski n'a pas fait que « Thorgal » série mythique mais aux albums inégaux. Avec son complice, Jean Dufaux, il a aussi commis une autre série dont il vient de passer le relais à un autre dessinateur pour reprendre le 2e cycle, Philippe Delaby, qui est au moins aussi bonne que celle du fils des étoiles et qui évolue même de mieux en mieux car Jean Dufaux a mûri et son talent aussi :

La complainte des landes perdues

Image IPB Image IPB

Biographies des auteurs :

Jean Dufaux :
Image IPB
Il naît le 7 juin 1949 à Ninove.
Passionné de cinéma, il s'inscrit à l'Institut des Arts et Diffusion (Bruxelles).
De 1969 à 1973, il s'y familiarise avec les procédés cinématographiques qui influenceront son écriture en bande dessinée. Sorti de l'I.A.D., il devient journaliste à Ciné-Presse, revue destinée aux professionnels du cinéma.

En 1983, il décide de se consacrer en priorité à la bande dessinée. Le journal Tintin est son premier port d'attache. Il effectue de nombreux travaux de commande. Rien de tel pour faire ses premières gammes. En 1983, il co-scénarise (avec Vernal) la série Brelan de dames dessinée par Renaud. Les deux hommes n'oublieront pas cette première collaboration. En 1985, il conçoit les aventures de Melly Brown (dessin : Musquera). En 1986, il fait son entrée chez Dargaud Bénélux avec La toile et la dague (dessin : Aidans) et, surtout, Beatifica Blues. Griffo assure le dessin de cette série post-atomique qui lorgne vers Bilal (il y a pire comme référence). Renaud et Griffo formeront rapidement le "noyau dur" de la "bande à Dufaux" qui fait également son apparition dans le catalogue des éditions Glénat avec Les maîtres de la brume (dessin : Eric). Les éditeurs savent désormais que Dufaux a terminé sa période rodage. Ses grands personnages vont naître. 1987 est une grande année. Il crée Jessica Blandy avec Renaud. La belle demoiselle, derrière un physique parfait, cache une faille que Dufaux révèle par petites touches. Pour la première fois, il donne une étoffe psychologique à un personnage. Cette épaisseur psychologique sera désormais la marque de son travail. Dans la foulée, il lance Giacomo C. Griffo illustre ces aventures vénitiennes librement inspirées de Casanova, donc fort galantes.

En 1988, Les enfants de la salamandre (dessin : Renaud) voit le jour et les tendances "fantastique" qui hantent Dufaux sont mises en scène progressivement et à chaque fois sous un angle différent. Il considère ces tentatives comme un gigantesque puzzle où chaque album, chaque série, est une pièce nouvelle. Dans un autre registre fantastique (tendance Vaudou), il concocte pour Paape et Sohier Les jardins de la peur. A l'aube des années 90, Jean Dufaux met le turbo jusqu'à bientôt mériter l'étiquette de "Jean le prolifique". Chelsy (dessin : Joris), né en 1990, se déroule dans le monde des arts, cuvée sixties (à l'I.A.D., il avait particulièrement apprécié les cours portant sur la psychanalyse de l'art). L'année suivante, il lance trois nouvelles séries : Avel (dessin : Durieux), Fox (dessin : Charles) et Santiag (dessin : Renaud). Il publie le premier volume de sa série consacrée aux écrivains qu'il aime : Sade (dessin : Griffo), Pasolini (dessin : Rotundo), Balzac (dessin : Savey), Hemingway et Hammet (dessin : Malès) suivront.

En 1992, Sang de Lune lui permet de lancer Vivianne Nicaise. Il réactive Beatifica Blues, univers qui lui tient à coeur, dans un second cycle : Samba-Bugatti. Un an plus tard, outre le lancement du cycle Les Voleurs d'Empires (dessin : Jamar), il réalise enfin un vieux rêve en travaillant avec Rosinski. Complainte des Landes Perdues est le résultat de leur union qu'il vient de poursuivre avec son complice de Murena, Philippe Delaby.
En 1994, il fait une incursion chez Aire Libre avec un Monsieur Noir développé en 2 volumes. Au dessin : Griffo. Dufaux a décidément la collaboration fidèle. Mais, surtout, il est un des rares scénaristes à pouvoir mettre en scène des univers variés tout en garantissant au lecteur une écriture originale et reconnaissable. Les éditeurs sont à présent demandeurs du "style Dufaux". Mais le scénariste se veut désormais moins prolifique pour polir au mieux les nouvelles pièces de son puzzle.
© bedethèque.com

Grzegorz Rosinski :
Image IPB
Né le 3 Août 1941 à Stalowa Wola, en Pologne.
Il découvre la Bande Dessinée occidentale par l'intermédiaire du journal "Vaillant", diffusé à cette époque dans les pays de l'ex-bloc de l'Est par le Parti Communiste Français. A l'âge de 16 ans, il réalise déjà ses premières histoires dessinées. Deux ans plus tard, il devient rédacteur en chef d'un journal consacré au scoutisme. De 1961 à 1967, il suit les cours de l'Académie des Beaux-arts de Varsovie, en section arts graphiques. Dès 1966, il réalise de très nombreuses pochettes de disques, et illustre des livres scolaires et des romans. De 1968 à 1976, il ne dessine pas moins d'une vingtaine d'albums (essentiellement des récits policiers et d'aventures), pour les éditions polonaises "Sport et Tourisme", puis de nombreux récits historiques et de science-fiction pour la revue "Relax", à Varsovie. En 1976, lors d'un voyage a Bruxelles, il rencontre André-Paul Duchâteau et de Jean Van Hamme. Ces rencontres jouent un rôle capitale dans la suite de sa carrière. Cette même année, il publie "l'Assassin" dans "Tintin", "le Titanic" dans "le Trombone Illustré" et "La Croisière Fantastique" (sous le pseudonyme de Rosek) dans "Spirou". 1977 marque le début d'une longue collaboration entre Van Hamme et Rosinski. "La Magicienne Trahie", le premier épisode de "Thorgal" est ainsi prépublié dans "Tintin". Cette saga se poursuit depuis avec le succès que l'on sait. Trois ans plus tard, pour le même hebdomadaire, il s'associe avec Duchâteau et entreprend "La Tour Du Désespoir", le premier volet de la série "Hans", une saga de science-fiction. A partir du sixième volume, il délègue le graphisme à son compatriote Kas. En 1986, de nouveau avec Van Hamme mais cette fois pour "A Suivre", il conçoit "Le Grand Pouvoir du Chninkel", l'album paraît chez "Casterman" deux ans plus tard. En 1993, sur un scénario de Jean Dufaux, il illustre "la Complainte des Landes Perdues" publiée chez "Dargaud". Rosinski est un éternel perfectionniste qui fait lui-même l'encrage et le lettrage de ses albums. Son oeuvre a été primée à maintes reprises. Il vit actuellement en Suisse où il trouve le temps de donner des cours de dessin, pouvant ainsi faire partager son amour de l'art. Début 2001, il dessine l'excellent one-shot "Western" avec son ami Van Hamme au scénario, et fin 2001, sort enfin le 26ème tome de "Thorgal" aux éditions du "Lombard".
© bedethèque.com

Philippe Delaby :
Image IPB
Philippe Delaby est né le 26 janvier 1961 à Tournai.
Il reçoit de son père à l'âge de huit ans sa première BD : "Tintin au Congo". Dès lors, les histoires à bulles ne le quitteront plus!
A l'âge de 14 ans il entre à l'Ecole des Beaux-arts de Tournai où il fait du dessin académique. Fasciné par Ingres et les peintres flamands, il entreprend aussi la peinture à l'huile. Seulement voilà, l'attirance de la BD est la plus forte, et à 18 ans, la réussite d'un concours à Mons lui ouvre les portes du "Lombard" et du succès.
Ses premières planches paraissent en 1987 dans le "Journal Tintin" dans le genre qu'il apprécie le plus : l'histoire. Passion récompensée puisqu'il reçoit en mars 94, en collaboration avec Yves Duval, le prix "Clio" pour son album "Richard Coeur de Lion", décerné par le Salon de l'Histoire de Paris.
En 1997, faisons le bilan, à 36 ans, il a déjà publié les albums suivants au éditions du "Lombard" : "Richard Coeur de Lion" et "Arthur au Royaume de l'impossible" sur un scénario de Yves Duval, "Bran", sur scénario de J.L. Vernal. Avec le succès de la saga de "l'Etoile polaire", sur un scénario de Luc Delisse, qui compte déjà trois titres au "Lombard", il impose un style et confirme sa maturité. A noter une courte collaboration avec "l'Excelsior de Mouscron" (club de football de Division I, du moins en 2000) pour qui il publiait une planche pour chaque match joué a domicile... un projet mis en suspend à cause du succès croissant de Delaby.
En 1998, il crée une nouvelle série en collaboration avec Jean Dufaux basée sur des faits historiques réels : "Murena", chez "Dargaud". Après un début difficile, cette saga, prévue en deux cycles (le premier s'est cloturé en septembre 2002 avec le quatrième opus "Ceux qui vont mourir... "), se positionne comme une des meilleures séries historiques du début du troisième millénaire...
© bedethèque.com

Synopsis :

1er Cycle : Sioban est la fille du Loup Blanc roi de Sudenne. Cette jeune princesse sans royaume a perdu son père depuis la bataille de Nyr Lynch où il fut tué par le mage Bedlam. Elle voue donc une haine farouche a Bedlam ainsi qu'à son oncle, Lord Blackmore qui s'est engagé à la protéger s'il épouse sa mère Lady O'Mara.
2ème Cycle : Le cycle prend place avant le cycle de Sioban, on y retrouve Seamus (non pas Chevalier de Pardon mais apprenti) qui avait aidé les Sudenne dans leur lutte contre le mal, il sert Sill Valt l'un des personnage majeurs de l'ordre des Chevaliers du Pardon. L'ordre a pour but d'éradiquer les démons des Landes (qui en fait sont une île) et plus particulièrement les Moriganes (des sorcieres de première génération extrêmement dangereuses et puissantes), pour redonner confiance et espoir aux habitants des Landes.
3ème Cycle : Ce 3e et probablement dernier cycle remontera aux origines de l'île et s'intitulera Sorcières.

Critique et commentaires :
La série est magnifiquement servie par les deux dessinateurs qui se sont succédés en gardant leur identité propre, Delaby n'ayant pas voulu « copier » le style Rosinski.

On pensait la série terminée après les 4 albums initiaux, mais Dufaux a perçu le potentiel de certains aspects de l'univers qu'il avait créé, et il relance donc un nouveau cycle, les Chevaliers du Pardon, qui prend place avant les aventures de Sioban. Il n'est d'ailleurs pas nécessaire d'avoir lu celles-ci pour apprécier ce nouvel album. Une histoire plus riche, plus sombre et moins conventionnelle faisant la part belle aux mythes médiévaux. Les archétypes un peu décevants ont laissé la place à des personnages plus intéressants, et l'imagerie des sorcières est agréablement revisitée. Toutefois, le principal intérêt ne réside d'ailleurs pas dans le contenu mais plutôt dans l'emballage, tant le talent de Delaby éclate à chaque page.

Planche de Rosinski - 1er cycle :
Image IPB

Planche de Delaby - 2eme cycle :
Image IPB
dreeli
Ceci n'est pas une nouveauté non plus mais pour qui aime le folklore japonais et une belle histoire mise en image, je recommande ce jeune auteur d'origine coréenne, naturalisé belge : Jung.

Kwaidan

Image IPB

Biographie de Jung

Image IPB

Jung Sik Jun est né le 2 Décembre 1965 à Séoul, en Corée. Adopté par une famille belge en 1971, il prendra pour nom d'adoption Jung Henin. Il suit des études d'Humanités Classiques (latin et mathématiques) à l'Athénée Royal de Rixensart, avant d'entrer pour un an, en 1985, à l'atelier Saint Luc de Bruxelles. Il étudie ensuite à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, en section Illustration.
[/size]

[size=3]Parallèlement, il fait un bref passage dans le dessin animé, à la Cambre. C'est en 1987 que sa carrière prend un tournant décisif, puisqu'il rencontre Marc Michetz, qui le présente au magazine Spirou. Cela lui permet d'illustrer quelques courts récits dans Spirou et Tintin. Il travaille alors quelques mois dans l'atelier d'Hislaire et Darasse, et illustre aussi les couvertures du Belgian Business Magazine.
En 1991, Jung publie le premier des quatre tomes de la série Yasuda, chez Hélyode-Lefranc. La finalité de ses dessins est pour lui de faire transparaître des émotions, des sentiments, avec des personnages bien présents, vivants. En 1997, en collaboration avec Martin Ryelandt, il réalise La jeune fille et le Vent aux éditions Delcourt. L'univers asiatique de cette série d'heroic-fantasy, est un retour à ses origines coréennes, et le fantastique lui permet de renforcer le côté évocateur de son dessin, notamment pour le héros : le Vent.

Synopsis

La légende de la princesse du lac débute dans le Japon médiéval du XIIIe siècle. Alors qu'elle attend le retour de son amant parti à la guerre, la princesse du château du lac est défigurée par sa soeur Akane qui, amoureuse du même homme, se meurt de jalousie. De désespoir, la princesse se jette dans le lac ; son amant la retrouvera dans le royaume des morts après s'être crevé les yeux sous le poids du chagrin : leur avenir repose à présent sur la naissance d'une petite fille...

Image IPB

Deux siècles plus tard, le lac hanté par le spectre de la princesse meurtrie, a donné l'immortalité à Arkane. Cette dernière, à la tête d'une armée de fantômes appelés les Kwaidans, veille sans relâche à ce que sa soeur ne s'échappe pas de son tombeau maudit et fait régner la terreur dans les villages avoisinants. Plus loin, dans une maison close d'Edo (ancienne capitale du Japon), une jeune prostituée est intriguée par l'arrivée d'un peintre aveugle. Elle, qu'on appelle Setsuko la maudite, parce qu'elle est née sans visage et porte un masque, va bientôt voir son destin se mêler étroitement à la légende.

Image IPB

En traduction littérale Kwaïdan veut dire histoire étrange. Mais Kwaïdan signifie également fantôme, monstre, tout ce qui touche à l'étrange. Jung a fait sa BD après avoir découvert le film Kwaïdan réalisé par Masaki Kobayashi dans les années 60. Très longtemps après, il a découvert que c'était l'adaptation d'un livre qui avait été écrit au début du siècle par Lafadio Hearn, un écrivain anglais qui s'était installé au Japon, avait appris le japonais et épousé une japonaise. Il a même pris la nationalité japonaise, ce qui est assez rare.
Le livre Kwaïdan est donc un recueil de contes populaires japonais qui se transmettaient oralement à l'époque et que Lafadio Hearn a eu l'idée de regrouper en un livre. Ce sont des petites nouvelles de 4 ou 5 pages au grand maximum avec lesquelles on apprend beaucoup sur la féerie japonaise. Par exemple, pour se protéger des mauvais esprits, il faut se peindre des textes sacrés sur la peau. Grâce à ces signes, les esprits ne vous voient pas tout simplement. Dans le livre Kwaïdan, un moine qui souhaitait se protéger d'un mauvais esprit se couvre de ces signes sacrés mais il oublie les oreilles.. et lorsque le mauvais esprit arriva, il ne vit que les oreilles et les lui coupa.

Image IPB
reekoo
Ma'at, de Simon Phelipot


Simon Phelipot est un peintre extrêmement talentueux (son site). Il a sorti assez récemment le premier tome de sa bande dessinée, Ma'at, et croyez moi, ca déchire. Je crois qu'il s'agit d'une toute première expérience en bande dessinée, dont la conception a pris plusieurs années. C'est donc réellement un énorme boulot.

Histoire : on se situe dans un futur extrêmement noir, ou quelques multinationales tiennent le monde dans le creux de leur main.
En 2093, une entité inconnue est détectée au nord de l'Inde. Il s'agit d'une femme nommée Isis, qui va semer autour d'elle la destruction grâce à ses mystérieux pouvoirs. Qui est elle, d'où vient elle, que cherche-t-elle? Durant tout ce premier tome, nous la suivons alors qu'elle recherche ses souvenirs ainsi que Soh, l'homme avec qui elle a été élevée, celui qu'elle considère comme son frère et son amant, celui qui la rattache à son passé. Généticiens malveillants, bioéthique, sociétés toute puissantes, pouvoirs extraordinaires... Bienvenue dans le monde de Ma'at!

Je dois préciser qu'il n'est pas du tout facile d’aborder cette œuvre : l'histoire est tortueuse, et les références à la mythologie égyptienne sont nombreuses. Quant aux dialogues, ils sont rares. On doit donc sans cesse avoir recours aux images si l’on veut arriver à suivre, ce qui n’est pas aisé : en effet, chaque page est d’une beauté fascinante et déroutante, mais aussi sibylline. Cependant, malgré cet hermétisme apparent, Ma’at est une bande dessinée extrêmement riche et pleine de sens. Il faut donc s’accrocher, quitte à la relire plusieurs fois pour en saisir les nuances et parvenir à l’apprécier au-delà du graphisme.

Pour ce qui est du graphisme, justement, on a ici un mélange de photos retouchées et de peintures. C’est très coloré, parfois presque abstrait, toujours renversant. Une fresque éblouissante, une succession de formes et de nuances qui vibrent à l’unisson. Je crois que les images parlent d’elles mêmes :

Image IPB
Image IPB

Note : par respect pour le sieur Phelipot, je n'ai pris que des images qu'il avait lui même posté sur le Net, avant intégration du texte.

Influences :
Je ne les détaillerai pas, car je pense que chacun est à même d'en trouver lui même. Outre la mythologie égyptienne (je conseille d'ailleurs à chacun une petite remise à niveau sur le rôle exact de la déesse Ma'at et ce qu'elle symbolise, ainsi que sur l'histoire d'Isis et de son frère et époux Osiris), on peut cependant noter l'influence certaine des comics, mais aussi de mangas comme Akira. Comme quoi, en plus d'être talentueux, ce monsieur à du gout. Les richesses sont vraiment bien mal réparties sur cette Terre ^^
Volyova
Trés intéressant et étonnant. Je regarderai ça la prochaine fois que j'arpenterai le rayon BD.

Sinon, sur le site de l'artiste une image a attiré mon oeil.
Ça ne vous rappelle rien ?

Cliquez pour voir le fichier-joint

CITATION
Un chef-d'oeuvre!! respect.gif
L'une de mes BD préférée. En fait une des toutes première que j'ai acheté il y a plus de 20 ans... et que j'ai racheté parce que je l'avais lue et relue et qu'elle avait un peu souffri dents.gif
Gandalf le OUF
Lol, il ne serait pas aller faire un tour dans les grottes D'ni cuilà ?
reekoo
Moi ca me rappelle surtout certaines des représentations de la cathédrale de Rouen par Monet.
Ulysse
@Volyo, je pense que si tu n'avais pas attiré l'attention je serai passé à coté sans être surpris par la ressemblance avec le grand couteau D'ni. chouette applaudir.gif
Scribe
Etonnante ta BD reekoo, je regarderai aussi quand je passerai au rayon BD la prochaine fois.

Dans le genre BD atypique, j'ai lu ce petit chef-d'œuvre (qui n'est pas petit d'ailleurs) :

Trois Ombres
--
Cyril Pedrosa


Image IPB


Je connais assez peu l'auteur donc je vais laisser Wikipedia parler pour moi. Je peux juste dire qu'il a réalisé seul cette superbe bande dessinée, scénario, textes et bien sûr dessins.

La BD est déjà particulière dans la forme puisqu'elle a le format d'un bouquin "normal" (je sais, ça veut rien dire mais c'est pour dire que c'est pas le format BD classique), elle est réalisée entièrement en noir et blanc et dans un style graphique incroyable de sensibilité et de diversité. Assez peu de paroles, le dessin qui fourmille de détails suffit souvent à transmettre mieux que les mots une foule de sensations, d'émotions.

Concernant l'histoire, je n'ai pas envie d'en dire beaucoup pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte, je me contente de faire un petit speech semi-pompé sur le site de l'éditeur, mais sans spoiler dans ma version qui est quand même bien meilleure, il faut le dire. jesors.gif
Ce livre raconte la vie paisible du petit Joachim avec ses parents dans une maison coupée du monde. Tout ce passe dans le bonheur, jusqu'à un soir où, ne parvenant pas à trouver le sommeil, ils remarquent des ombres qui semblent les attendre sur la colline en face... Ces dernières apparaissent sous la forme de trois cavaliers et s’évanouissent dès que l’on s’en approche. Elles vont bouleverser la vie bien tranquille de Joachim et sa famille.

Les premières planches, tirées du site de l'éditeur. Je ne mets que la première en "visible" étant donné que ça fait pas mal à afficher autrement. Les planches du livres sont un peu plus petites.

Image IPB

Page 2
Page 3
Page 4
Page 5


PS qui n'a rien à voir : j'ai essayé de mettre les images dans ma galerie mais malgré une largeur inférieure à 650 pixels, elles sont redimensionnées. On peut me dire pourquoi ?
Volyova
Trrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrès joli! applaudir.gif
Pi t'es un p'tit malin, ces premières pages donnent affreusement envie de connaître la suite. crazy.gif

P.S. : petit souci de réglage dans la galerie réparé.
Tu laisses les planches en lien externe où veux-tu les retélécharger dans ton album ?
Si tu retélécharges merci d'effacer les précédentes wink3.gif
Scribe
CITATION
Pi t'es un p'tit malin, ces premières pages donnent affreusement envie de connaître la suite. crazy.gif
Bin tiens! Pas fou. biggrin.gif Je pense de toute façon qu'on ne peut pas regretter l'achat d'une telle merveille. yes.gif

Sinon j'vais laisser les images comme ça, c'est le site de l'éditeur donc je pense que le lien est sûr. J'efface ce que j'ai mis dans ma galerie, merci d'avoir réglé le problème. wink3.gif
Grover
CITATION
--blablabli blablabla--
On peut me dire pourquoi ?
» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «
Gandalf le OUF
Comme quoi tous les goûts sont dans la nature... je n'achèterais jamais cette bd, le graphisme est à ch... !

Pit-êt' que le scénario sauverait le truc mais comme je le lirais pô à cause du style je ne le saurais jamais!

Galère!

barrer.gif
Scribe
CITATION
Comme quoi tous les goûts sont dans la nature... je n'achèterais jamais cette bd, le graphisme est à ch... !

Pit-êt' que le scénario sauverait le truc mais comme je le lirais pô à cause du style je ne le saurais jamais!
Que dire, que dire...
Et surtout que choisir parmi tous ces châtiments pouvant entraîner une mort lente et douloureuse... reflexion_gratte.gif
dreeli
je suis pas fan non plus niveau graphique et c'est ce qui m'attire en premier mais bon faut voir le scénar!
Gandalf le OUF
Normal Lili, nous on est belge donc on sait ce que DESSINER veut dire, c'est nous qu'on a inventé la bd... eux ils sont contents avec des gribouillis!!!

laugh2.gif laugh2.gif laugh2.gif
dreeli
laugh2.gif laugh2.gif laugh2.gif heu! dans la nouvelle génération y a des petits français qui se débrouillent très bien, j'en parlerais bientôt.
Gandalf le OUF
Fais surtout pas ça ma pôv'!

Après y vont nous z'en rabacher les zoreilles pendant 20 ans... comme le coupe du monde.

Faut jamais, au grand jamais ne fusse que suggérer à des français que ce qu'ils font aurait une chance même infîme d'être un tant soit peu valable... sinon t'en sors plus!
GGofLove
Petite pensée du jour :
"Si tu lis une bande dessinée losque tu as bu, tu es l'ivre d'image" Oo.gif
Grover
joli. biggrin.gif
jefftom
Un trailer pour Watchmen (Les gardiens), le film :

apple.com/trailers/wb/watchmen/high.html
Volyova
: pouce : Beau trailer! :o
J'irai certainement le voir, j'ai adoré 300.
jefftom
Terry Gilliam devait le faire il y a quelques années...
Le nom d'Alan Moore n'apparaît pas à l'affiche comme d'hab...
jefftom
nouveau trailer de l'adaptation cinéma de la bd Watchmen.
Scribe
J'ai passé quelques temps à découvrir le très bon blog de Kek hier, et j'ai notamment vraiment accroché à ses BD. J'ai déjà parlé de son histoire de chat ici, mais il a aussi fait une très jolie histoire qui s'appelle Virginie, des planches très drôles (mais pas que) de ses années de collège (ça m'a rappelé des souvenirs) et encore dans un autre genre, une petite histoire pas idiote sur le spiritisme.
Scribe
Une très belle histoire (en cours), dans un style graphique vraiment excellent, à suivre "Chez Caro".
La mise en page est un peu chiante par contre, il faut à chaque fois garder en favoris la dernière page pour reprendre où on en était avant.
dreeli
très contente de voir Gotlib en live dans 15 jours content.gif content.gif
Gandalf le OUF
Tiens... j'attendrai de voir ton compte-rendu de cette rencontre!
dreeli
j'espère que ça sera bien et que Jannin sera présent aussi, c'est la première fois que je vais assister au jeu des dictionnaires et la semaine infernale.
C\\'est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d\\'information, la mise en page et les images, veuillez cliquez ici.
Invision Power Board © 2001-2019 Invision Power Services, Inc.