Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète : Exile (Myst 3) - Après Riven, une excellente suite
Forum Myst Aventure > Les jeux : bloqué ? un avis ? > Myst la Saga originale
Volyova
Image IPB


Quelques temps après les évènements qui ont eu lieu sur Riven, Atrus et son épouse Catherine vivent à Tomahna avec leur petite fille Yeesha. Atrus y écrit un nouvel âge : Releeshan. Il désire en faire un refuge pour les D'ni.
Vous voici appelé à Tomahna, où Catherine vous accueille et vous invite à rejoindre Atrus qui veut vous montrer sa création enfin prête. Mais vous n'aurez pas l'occasion de voir ce nouvel âge car un inconnu bizarrement vêtu apparaît et vole le livre de Releeshan. Vous n'avez pas d'autre choix que de le poursuivre.
Les mondes que vous visiterez vous apprendront l'histoire de ce personnage,
vous suivrez l'apprentissage qu'Atrus a voulu pour ses fils et peut-être, aussi, ferez-vous un beau geste...


Image IPB


Myst 3 : Exile est le premier jeu de la série à ne pas avoir été réalisé par Cyan. La conception en a été confiée à Presto Studio (qui avait déjà réalisé Journeyman Project, par exemple), société disparue depuis 2002.


Le jeu est, en quelque sorte, un retour aux basiques de Myst 1.
En effet, le joueur retrouve le principe d'un lieu nodal à partir duquel il peut "relier" d'autres mondes.
Comme dans le premier opus, il faut résoudre des énigmes sur l'île de J'nanin pour avoir accès aux livres de liaison menant aux 4 âges (Tomahna ne se visite que brièvement en début et fin de partie)
Qu'il soit présent sous la forme de visites par livre interposé ou de trajets en Maglev comme dans Riven, le plaisir de la découverte de lieux inédits, extraordinaires et superbement designés est toujours le même!


Image IPB


Exile nous permet également de faire la connaissance d'un nouveau personnage, extérieur à la famille.
Très bien interprété par Brad Dourif, Saavedro, (dont on découvre à la fin où il a bien pu se trouver de pareil oripeaux) est le détonateur de l'histoire. C'est grâce à son irruption que le joueur va découvrir un autre pan de la vie des frères maudits. L'apprentissage dans lequel vous êtes entraîné permet également de mieux comprendre les principes de l'écriture des âges.
Saavedro est peu présent dans le jeu. Mais ses apparitions constituent de jolies tranches d'excitation (Arrgh, le voir passer et repasser derrière ce hublot dans la porte sur J'nanin!!) jusqu'à la dernière qui met le joueur face à divers choix et déclenche une vidéo frustrante (on aimerait bien visiter cette partie de Narayan, au loin!!!)


Image IPB


La nouveauté dans ce jeu est la vue à 360° qui, si elle crée un léger flou par rapport aux images précalculées extrêmement "piquées" de Riven, apporte une impression d'immersion bien plus grande, une douceur des textures,
un ravissement constant à pouvoir tourner sur soi, regarder en l'air, au sol, pour tout voir.
Du point de vue de la qualité des décors, Exile ne déroge pas à la règle du fabuleux travail artistique.
Les âges sont splendides, leurs styles variés, aucune redites avec les jeux précédents.
Intimement liés au scénario, les mondes d'Edanna, Voltaïc, Amateria etc. présentent chacun une ambiance, des couleurs, des sons, une musique qui les font contraster et briller. Quelques très jolis détails comme le Squee et son adorable cri ou le panneau de contrôle qui s'élève dans Amateria pemettant une vue différente de l'âge donnent de la vie au jeu.
Le cadeau d'Exile ce sont aussi ces vidéos en fin d'âge,
après la résolution de la dernière énigme, qui donnent un final brillant et excitant à chaque monde.


Image IPB


Les grandes différences d'environnements des âges induisent aussi une différence dans le traitement des énigmes.
Edanna, le monde de la nature compte des énigmes autour d'animaux, de plantes, d'interactions biologiques.
Amateria aborde la physique, le magnétisme etc.
Cette diversité, cette qualité imaginative agrémentent parfaitement le plaisir de la recherche purement logique.
Les avis des joueurs sont partagés sur la difficulté du jeu. La majorité le juge plus facile que les 2 précédents mais une petite portion estime la dernière énigme absolument impossible à résoudre à cause d'une traduction jugée approximative.
Reconnaissons cependant que, comparé à d'autres jeux d'énigmes, il faut être armé de patience (je pense notamment au "labyrinthe" qu'est Edanna), d'un grand sens de l'observation et de la déduction pour résoudre certains puzzles de Myst 3.


Image IPB


Dans la série des jeux Myst, Exile est une réussite, sans conteste.
Les progrès techniques ont permis de présenter un jeu graphiquement splendide tout en conservant les préceptes essentiels de l'univers des frères Miller. L'éblouissement unique que peut provoquer Riven n'est pas le même mais Exile reste l'un des meilleurs Myst (loin devant Myst 5, pour ne pas le citer!)


Jeu sorti en septembre 2001
Développeur : Presto Studios
Site officiel : Myst 3 : Exile
Jeu PC et Mac
Cocopalm
Je suis globalement d'accord avec cette critique : Myst 3 Exile est un bon jeu. Mais était-ce vraiment un bon Myst?

Je me souviens avoir été à la fois excité à l'idée de la sortie de cette suite, mais aussi un peu inquiet sachant qu'ils avaient confié à une autre boîte la réalisation de cet opus. Il y avait aussi le fait que Myst et Riven étaient tellement complémentaires, Riven se terminant exactement là où commence Myst, on pouvait dire que le boucle était bouclée.

Je ne sais pas si je suis le seul à avoir eu cette impression, mais j'ai trouvé l'arrivée sur Tomanha très kitsch : Atrus qui me salue comme si on était des supers potes et qu'on se faisait des parties de pockers tous les mois, et puis l'apparition très théâtrale de Saavedro. Ca faisait pas très "myst" à mon goût!
En fait, pour ne pas abîmer le réalisme de l'excellente fin de Riven, j'aurais préféré qu'on lâche Atrus et sa famille et qu'on se lance simplement à la découverte de nouveaux mondes avec de nouvelles histoires à découvrir, cela aurait pu permettre beaucoup plus de liberté et donc de surprises au niveau du scénario.

Je me souviens avoir lu quelque part que lors de la créations de Riven, les concepteurs disaient qu'il aurait pu être simple de faire comme suite pour Myst, une simple série de mondes à explorer en reproduisant le même shéma, hors c'est exactement ce qui a été fait avec Exile. Je pense - et c'est fort compréhensible - qu'ils ont voulu prendre le minimum de risques et se sont calqués sur le premier volet au niveau de l'évolution du joueur dans le jeu tout optant pour un scénario très... sage. Malheureusement, ils ont oublié un élément important : c'est que dans Myst, les lieux qu'on visite ont une histoire dont on peut déceller les traces. Ici les mondes à explorer sont certes très exotiques mais n'apportent rien au scénario, ce sont simplement des âges "tests" écrits par Atrus quand il s'ennuyait, en gros. Quel dommage! Comme tu le dis Volyova, on aurait aimé en savoir plus sur Narayan et sur l'histoire de Saavedro.

Parlons ensuite des livres... Les notes de Saavedro par exemple : on sent qu'elles ont été écrites pour le joueur, pour l'éclairer un peu sur l'envie peu subtile de Saavedro de venger son peuple... Dans un Myst ou un Riven, en lisant les journaux des personnages, on a l'impression de trouver quelque chose qui leur était personnel, quelque chose qui ne nous ait pas destiné en tant que joueur. Et c'est là bien le problème majeur de cet opus. C'est que même si les décors sont superbes, les ambiances réussies, etc... on sent qu'on est dans un jeu. On est pas dans un autre monde, on est simplement dans un jeu. Dans Riven, même si je l'ai beaucoup été, je n'ai jamais eu l'impression d'être "bloqué", parce que j'étais toujours libre de me ballader où je voulais. Dans Exile, les mondes sont abordés comme des niveaux, avec des thèmes très comment dire "jeux vidéos" : le monde des plantes, le monde du désert, le monde du dynamisme, etc...

Voilà, et donc un léger goût amer de ressenti pour moi une fois arrivé à la fin de ce Myst 3. Cependant je maintiens que c'est un très bon jeu! Les mondes avaient chacun leurs attraits... L'un des moments les plus marquants pour moi était l'entrée en musique sur Voltaic, le premier âge que j'avais visité dans Exile : j'étais bluffé par l'athmosphère et la beauté des décors.

Donc voilà, à mon avis : Myst Exile est plus une suite "pour faire une suite", certes très beau et plaisant, mais sans le côté subtile qui caractérisait les précédent épisodes...
KowaBounga
Ohhh, pas mal! Autant la présentation de Volyo que les commentaires de Cocopalm.
Sa remarque sur la plus faible densité "littéraire", densité d'intrigue, d'Exile comparé aux deux premiers volets, est très juste. Elle a naturellement de prosaïques explications industrielles (sous-traitance à Presto) mais peut tout de même s'expliquer aussi dans le cadre de l'histoire d'ensemble.

J'nanin et ses âges satellites ne sont pas des tests mais des lieux didactiques, éducatifs, conçus par Atrus uniquement pour ses infernaux loupiots.

Dans Myst et Riven, on tombe dans une histoire en cours, dans un affrontement. On visite des ruines ou un champ de bataille, on découvre tout à la fois. Qui peut se vanter d'avoir compris ce qu'on attendait de lui au début de Myst ou de Riven ?
Dans Exile, on parcourt une école vandalisée par un p'tit jeune à problèmes, dans le cadre d'une mission claire : récupérer le bouquin. Ce n'est pas du tout la même chose.
De là vient, selon moi, qu'Exile ressemble plus à un film d'aventures, à un roman classique, scénarisé, comme beaucoup de jeux, que les deux premiers bien plus profondément originaux avec leur fourmillement de détails inutiles et indispensables.
Scribe
CITATION
Je me souviens avoir été à la fois excité à l'idée de la sortie de cette suite, mais aussi un peu inquiet sachant qu'ils avaient confié à une autre boîte la réalisation de cet opus. Il y avait aussi le fait que Myst et Riven étaient tellement complémentaires, Riven se terminant exactement là où commence Myst, on pouvait dire que le boucle était bouclée.
Effectivement, Riven devait être le dernier Myst, au moins pour Richard Vander Wende et Robyn Miller (tiens il a refait son site... ). Robyn pensait qu'avec Riven, l'univers de Myst était épuisé, il fallait passer à autre chose. Je ne crois pas que Rand Miller envisageait une suite non plus, en tout cas pas en tant qu'un Myst 3, mais il devait déjà songer à créer ce quelque chose qui deviendra Uru. Les retards de la création d'Uru et les besoins d'argent commençant à se faire sentir, Rand donna son accord pour un Myst 3, puis pour un Myst 4.

CITATION
Je ne sais pas si je suis le seul à avoir eu cette impression, mais j'ai trouvé l'arrivée sur Tomanha très kitsch : Atrus qui me salue comme si on était des supers potes et qu'on se faisait des parties de pockers tous les mois, et puis l'apparition très théâtrale de Saavedro. Ca faisait pas très "myst" à mon goût!
C'est vrai que contrairement aux scènes d'introductions pour le moins sobres des deux premiers volets, Myst 3 met le paquet (et encore, c'est rien comparé à Myst 4). Personnellement j'aime bien cette introduction, même si c'est vrai qu'on se demande un peu se qu'on fait ici. Mais il est quand même logique qu'Atrus soit familier avec nous, dix ans se sont écoulés depuis la fin de Riven, le joueur et Atrus ont appris à se connaître et sont devenus bons amis. Quant à Saavedro... oui, la scène est peut-être légèrement too much... Mais rien de choquant pour moi.

CITATION
Je me souviens avoir lu quelque part que lors de la créations de Riven, les concepteurs disaient qu'il aurait pu être simple de faire comme suite pour Myst, une simple série de mondes à explorer en reproduisant le même schéma, hors c'est exactement ce qui a été fait avec Exile. Je pense - et c'est fort compréhensible - qu'ils ont voulu prendre le minimum de risques et se sont calqués sur le premier volet au niveau de l'évolution du joueur dans le jeu tout optant pour un scénario très... sage. Malheureusement, ils ont oublié un élément important : c'est que dans Myst, les lieux qu'on visite ont une histoire dont on peut déceler les traces. Ici les mondes à explorer sont certes très exotiques mais n'apportent rien au scénario, ce sont simplement des âges "tests" écrits par Atrus quand il s'ennuyait, en gros. Quel dommage! Comme tu le dis Volyova, on aurait aimé en savoir plus sur Narayan et sur l'histoire de Saavedro.
C'est vrai, et en même temps je ne trouve pas ça si regrettable. Moi aussi, j'ai pendant un bon moment trouvé Exile décevant, l'ayant fait presque dans la foulée de Riven. Mais en y rejouant, je suis revenu sur ma position.
Les studios Presto ont eu la sagesse de ne pas vouloir dépasser Riven en reprenant ses principales caractéristiques (je pense en particulier au choix de faire un Âge principal très vaste comme l'était le monde de Riven) ça aurait inévitablement conduit, au mieux, à un sous-Riven honorable, au pire à un gros ratage qui aurait cruellement souffert la comparaison.
Presto Studio a visé moins haut, mais a bien fait les choses. Certes, on retrouve des petits Âges, mais ils ont une identité et une personnalité fortes. Certes, on ne retrouve pas la cohérence et la multitude de détails de Riven, on ne trouve pas réelle trace de l'histoire des lieux, mais cela s'explique : comme l'a dit AcheGabu, les Âges d'Exile ont été Écrits par Atrus pour servir d'enseignement à Sirrus et Achenar, il est donc normal que l'on ne trouve pas trace d'une civilisation ancienne puisqu'Atrus a fait en sorte qu'il n'y en ait pas.

CITATION
Parlons ensuite des livres... Les notes de Saavedro par exemple : on sent qu'elles ont été écrites pour le joueur, pour l'éclairer un peu sur l'envie peu subtile de Saavedro de venger son peuple... Dans un Myst ou un Riven, en lisant les journaux des personnages, on a l'impression de trouver quelque chose qui leur était personnel, quelque chose qui ne nous ait pas destiné en tant que joueur. Et c'est là bien le problème majeur de cet opus. C'est que même si les décors sont superbes, les ambiances réussies, etc... on sent qu'on est dans un jeu. On est pas dans un autre monde, on est simplement dans un jeu.
Là je suis d'accord avec toi, je n'ai pas du tout la même impression d'immersion avec Exile, alors je me sens dans Riven comme si j'y étais vraiment. Et pourtant, Riven est un simple point & click, alors qu'Exile introduit une vision à 360°.
Je ne pense pas que l'on puisse blâmer Exile pour ça, visuellement le jeu est une grande réussite. Il faut davantage voir ici l'immense travail effectué pour Riven et le temps infini qui a été consacré à tous ses détails pour rendre le jeu réel. Ça n'a l'air de rien une petite touffe d'herbe, une trace de rouille, une écorce rugueuse. Mais c'est en fait une montagne d'heures, de jours de boulot, un travail absolument phénoménal pour que chaque détail donne à l'ensemble son réalisme si parfait. Je ne pense pas que Presto Studio avait le temps et l'argent nécessaires pour faire de même, il faut bien prendre conscience que Riven a été créé par Cyan, studio indépendant finançant sur ses fonds propres son jeu et n'ayant que très peu de compte à rendre aux distributeurs, contrairement à Exile, à Revelation, à End of Ages, à la plupart des jeux qui sortent actuellement. Et quand des studios indépendants créent un jeu, ils n'ont pas derrière eux le succès d'un jeu révolutionnaire qui s'est écoulé à des millions d'exemplaires. wink3.gif
Cocopalm
CITATION
CITATION
Je ne sais pas si je suis le seul à avoir eu cette impression, mais j'ai trouvé l'arrivée sur Tomanha très kitsch : Atrus qui me salue comme si on était des supers potes et qu'on se faisait des parties de pockers tous les mois, et puis l'apparition très théâtrale de Saavedro. Ca faisait pas très "myst" à mon goût!
C'est vrai que contrairement aux scènes d'introductions pour le moins sobres des deux premiers volets, Myst 3 met le paquet (et encore, c'est rien comparé à Myst 4). Personnellement j'aime bien cette introduction, même si c'est vrai qu'on se demande un peu se qu'on fait ici. Mais il est quand même logique qu'Atrus soit familier avec nous, dix ans se sont écoulés depuis la fin de Riven, le joueur et Atrus ont appris à se connaître et sont devenus bons amis. Quant à Saavedro... oui, la scène est peut-être légèrement too much... Mais rien de choquant pour moi.
En fait je pense que la familiarité avec Atrus m'a un peu dérangé car je connaissais l'univers de Myst uniquement par les 2 premiers jeux et non par toute l'histoire que Cyan a développé avec les livres et URU (je vous dis pas la tête que j'ai fais quand j'ai lu que Tomahna se trouve au nouveau mexique!). Dans Riven et Myst, tout était mystère, ce qui laissait beaucoup de place à l'imagination personnelle. Je trouvais ça génial le fait qu'on interpréte pas un autre personnage que nous-mêmes, ça contribuait au fait qu'on pouvait vraiment s'approprier l'univers de Myst et l'imaginer chacun à sa façon. Donc en gros, je pense que ma perception des Myst a pris une certaine tournure qui, forcément n'était pas tout à fait la même que ce qu'a développé Cyan. Pour moi il était simplement logique qu'on ne pouvait pas vivre autre chose dans le monde de Myst que ce qu'on voit dans les jeux videos, puisque je pensais qu'on interprétait notre propre rôle. Voilà pourquoi ça m'a troublé d'être aussi familier avec Atrus et CIE. J'ai découvert que récemment qu'en fait on interprète un personnage nommé l'Etranger, et toute la subtilité du concept d'Uru (maintenant que j'en sais plus j'aurais d'ailleurs bien voulu participer, snif!).

Sinon, je te rassures, je suis complètement d'accord ce que tu dis. Je suis loin de trouver Myst 3 mauvais, ni même décevant. La première fois que j'ai joué, à part ces quelques détails, j'étais quand même bien content de me plonger dans cette aventure, et qu'ils n'aient pas pris trop de risques (je l'ai moins été par contre pour Myst 4 où ils ont tenté quelques innovations douteuses genre Sérénia).

Maintenant que j'en sais un peu plus sur l'histoire de Myst, dans ma tête il y a deux versions chacune autant valables l'une que l'autre : l'univers myst "personnel" (qui s'arrète à Riven et laisse place au mystère lol) et l'univers Myst officiel qui comprend ses suites et toutes les histoires qui vont avec! laugh2.gif Et oui ce que j'ai vécu dans la bulle Myst-Riven touche presque au sacré! ^^

EDIT : ah et j'oubliais concernant ce que tu dis, Scribe, à propos du fait que Presto ont eu le mérite de ne pas vouloir tenter faire un re-riven : Certes, mais n'ont-ils pas fait plutôt un re-Myst 1 - en moins bien? Mais bon là j'avoue, je chipouille héhé. D'autant plus qu'avec le développement d'Uru en parallèle, ça limitait les possibilité de scénario aussi...
Grover
Toute cette conversation me plaît bien, j'aime beaucoup les arguments apportés par chacun car je m'y retrouve globalement.
Toutefois, je serais plus nuancé à propos de la prestation de Presto Studio, car à mon sens, ils se sont tenus aux directives de Cyan qui restait tout de même maître du projet "Exile". wink3.gif
Ulysse
Je suis pas sur que c'est l'endroit idéal pour poster, désolé les PTB s'il faut déplacer le message.
Je viens de me faire un petit plaisir en achetant Exile pour PS2.
Exile a été mon premier Myst et j'ai vraiment accroché (d'où certainement le fait que je sois encore là, malheureusement dirons certains sneaky2.gif ).
Alors j'avais vraiment envie de me replonger dedans et pourquoi pas amener les enfants à y jouer aussi.
Je sais pas si quelqu'un y a déjà joué sous PS2, sinon je vous dirai ce que j'en pense en comparaison à la version PC
Imaginarius
Je serais assez curieux de voir ce que vaut la version PS2 d'Exile... Mon expérience des adaptations sur console des Myst ou Myst-like est telle que je me suis juré de ne plus me faire avoir et de ne plus en acheter... J'espère que celle-ci est mieux. Les versions consoles ont l'énorme avantage de tourner sans qu'on ait à se prendre la tête... (Les énigmes les plus difficiles de Myst l'Apogée et de Riven sur PC, ça reste de les faire tourner. confused.gif ) Mais d'un autre côté, les adaptations consoles sont souvent bâclées.

Sinon, j'aime beaucoup la discussion sur Exile et, comme Grover, je m'y retrouve.
CITATION(Scribe)
Certes, on ne retrouve pas la cohérence et la multitude de détails de Riven, on ne trouve pas réelle trace de l'histoire des lieux, mais cela s'explique : comme l'a dit AcheGabu, les Âges d'Exile ont été Écrits par Atrus pour servir d'enseignement à Sirrus et Achenar, il est donc normal que l'on ne trouve pas trace d'une civilisation ancienne puisqu'Atrus a fait en sorte qu'il n'y en ait pas.

Moi, j'ai surtout l'impression que c'est le prétexte qu'ils ont trouvé pour ne pas trop se prendre la tête... Et l'histoire, plutôt simpliste par rapport aux autres Myst, est vraiment là uniquement pour justifier nos visites dans ces Âges. Elle n'apporte rien à l'histoire globale de la série.
Cela dit, je l'ai beaucoup aimé. Comme dit Cocopalm, ce n'est pas un très bon Myst, mais ça reste un bon jeu... Dommage que la difficulté peu élevée réduise autant la durée de vie... Finir une première partie sur un Myst en 3 soirées, ça fait court! (D'un autre côté, j'ai horreur de bloquer! nanana.gif )
Scribe
Oui évidemment ma réponse était une justification "in-game" : ça s'explique par le scénario ; après c'était peut-être en effet une facilité de conception. Maintenant, je trouve pas que l'histoire d'Exile soit si simpliste et inintéressante. Certes l'histoire de Saavedro est assez en marge de la trame principale, mais elle est assez cohérente et relativement riche, avec l'histoire de Narayan en arrière-plan.
Imaginarius
Je suis d'accord: l'histoire d'Exile n'est pas inintéressante. Ce que je voulais dire, c'est qu'elle sent très fort le prétexte à l'exploration. Vous me direz, c'est tout le temps le cas, en fait... Mais là, je trouve que c'est particulièrement flagrant. J'ai vraiment eu l'impression que les développeurs se sont dit "Bon! Pourquoi est-ce que le joueur va visiter de nouveaux Âges?" Ils ont trouvé l'histoire avec Saavedro, l'ont mis dans un coin "justification du jeu" et ils ont développé les Âges indépendamment de cette histoire.

Si je me souviens bien (ça fait 2 ans que j'y ai joué et je n'y ai pas retouché depuis, donc je peux me tromper), Saavedro était prisonnier de ces Âges. Je me serais attendu à voir des traces de sa vie dans ces Âges... Or celles-ci sont plutôt limitées. Au contraire, dans Myst, Riven et Myst IV, ce que les personnages ont vécus dans les Âges joue un rôle important: dans Myst, la présence des frères est évidente dans tous les Âges et tout le jeu tourne autour de l'histoire de la famille (comme toute la série, d'ailleurs) ; dans Riven, on fait une véritable enquête sur Gehn ; dans Myst IV, on enquête cette fois sur les frères. Dans Exile, on visite les Âges pour ouvrir un passage... En comparaison, ça fait léger. Après, ça me dérange pas tellement. Le jeu est superbe, les énigmes sont bien pensées. Ca me suffit pour adorer!

L'histoire de Narayan en arrière-plan, ça, j'avais beaucoup aimé. Mais au final, j'ai le souvenir d'avoir bien plus de questions que de réponses: cette trame de fond reste assez floue (à moins que ce ne soit que mon souvenir??). (Et comme tout le monde, j'aurais bien aimé partir avec Saavedro, à la fin. biggrin.gif )
C\\'est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d\\'information, la mise en page et les images, veuillez cliquez ici.
Invision Power Board © 2001-2019 Invision Power Services, Inc.