Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète :L'histoire inversée
Forum Myst Aventure > On ne joue plus ! > Au Neurone Fringant
Scribe
En délirant avec le Gros Ver à s'auto-quotter 50 fois, ça m'a donné une idée : écrivons collectivement une histoire à rebrousse-poil.
Le principe est très simple : j'écris en quelques lignes la fin d'une histoire, à vous ensuite d'écrire les phrases précédentes du récit, en gardant la cohérence globale. Je sais pas ce que ça peut donner, à mon avis ça va partir en portnawak (le contraire serait surprenant venant de ce forum biggrin.gif ), essayez quand même que l'histoire tienne debout.

Quelques phrases (pas trop longues) par posteur, une fois que vous avez écrit votre réplique, attendez qu'au moins deux personnes aient posté la leur pour poster à nouveau, pour pas que ça devienne un simple échange entre deux personnes présentes à ce moment sur le foroum.

Merci de reprendre à chaque fois les phrases suivantes dans le récit, pour qu'on s'y retrouve facilement.

Je vous livre donc la fin tragique de ce récit palpitant :

Il tira la porte et pénétra dans la pièce où les reliquats de la soirée de la veille dégageaient une odeur fade. Il repoussa les bouteilles vides qui recouvraient le vieux sofa, s'y affala dans un cliquetis de verre entrechoqué, et soupira : "Oui, il faudrait vraiment visiter Casablanca".

C'est parti > dents.gif
Volyova
applaudir2.gif content.gif

Il finit par retrouver son chemin dans le dédale de couloirs et de passages du manoir. La robe de chambre en velours cramoisi qu'il portait le réchauffait à peine.
Mais le plus pénible était encore de n'avoir trouvé que cette paire de tong féminines ornées d'une grosse marguerite en plastique véritable.
Il repéra enfin une lourde porte de bois qui lui sembla familière.

Il tira la porte et pénétra dans la pièce où les reliquats de la soirée de la veille dégageaient une odeur fade. Il repoussa les bouteilles vides qui recouvraient le vieux sofa, s'y affala dans un cliquetis de verre entrechoqué, et soupira : "Oui, il faudrait vraiment visiter Casablanca".
Scribe
Mon dieu, ça commence finit bien ! rire-20060614.gif J'avais dit une phrase cela dit, moi j'avais juste fait un peu plus long pour le dénouement. Mais bon en fait c'est mieux quelques phrases, sinon on est un peu frustré, continuons là dessus, je modifie les "règles".
reekoo
Ce serait pas mal d'établir un ordre de passage, non? Enfin, c'est vrai que c'est mieux de pouvoir poster des qu'on est inspiré, mais si deux personnes postent leurs versions en même temps, c'est problématique...
Scribe
Bah j'y ai pensé mais bon, s'il faut attendre que la personne qui suit se pointe sur le forum, ça ralentit vachement les choses. Si deux personnes postent en même temps, tant pis, c'est l'ordre d'affichage qui fait foi, on ne prend en compte que le premier.

Edit : et puis comme tu dis, ça évite de se trouver avec quelqu'un de pas inspiré quand c'est son tour, et a contrario c'est frustrant pour quelqu'un qui a une bonne idée de ne pas pouvoir intervenir.
Ellora
« Oh, ma tête !! » gémit-il. Il se massait les tempes tout en marchant.

Il finit par retrouver son chemin dans le dédale de couloirs et de passages du manoir. La robe de chambre en velours cramoisi qu'il portait le réchauffait à peine.
Mais le plus pénible était encore de n'avoir trouvé que cette paire de tong féminines ornées d'une grosse marguerite en plastique véritable.
Il repéra enfin une lourde porte de bois qui lui sembla familière.

Il tira la porte et pénétra dans la pièce où les reliquats de la soirée de la veille dégageaient une odeur fade. Il repoussa les bouteilles vides qui recouvraient le vieux sofa, s'y affala dans un cliquetis de verre entrechoqué, et soupira : "Oui, il faudrait vraiment visiter Casablanca".
Scribe
Gustave ouvrit péniblement les yeux, et se tourna vers la voix qui venait de l'interpeler.
"Quoi ?
- Bouge-toi de là, il faut que je nettoie votre bordel" grommela la femme de ménage.
Péniblement, il se redressa, écarquillant ses paupières empâtées, se demandant comment il avait pu atterrir dans la cuisine. Il se décida enfin à monter l'escalier de l'étage.

« Oh, ma tête !! » gémit-il. Il se massait les tempes tout en marchant.

Il finit par retrouver son chemin dans le dédale de couloirs et de passages du manoir. La robe de chambre en velours cramoisi qu'il portait le réchauffait à peine.
Mais le plus pénible était encore de n'avoir trouvé que cette paire de tong féminines ornées d'une grosse marguerite en plastique véritable.
Il repéra enfin une lourde porte de bois qui lui sembla familière.

Il tira la porte et pénétra dans la pièce où les reliquats de la soirée de la veille dégageaient une odeur fade. Il repoussa les bouteilles vides qui recouvraient le vieux sofa, s'y affala dans un cliquetis de verre entrechoqué, et soupira : "Oui, il faudrait vraiment visiter Casablanca".
Volyova
Elle disparut dans une envolée de dentelles et de frous-frous.
Il piqua derechef du nez.

"- Vous, là !!!"

Gustave ouvrit péniblement les yeux, et se tourna vers la voix qui venait de l'interpeler.
"Quoi ?
- Bouge-toi de là, il faut que je nettoie votre bordel" grommela la femme de ménage.
Péniblement, il se redressa, écarquillant ses paupières empâtées, se demandant comment il avait pu atterrir dans la cuisine. Il se décida enfin à monter l'escalier de l'étage.

« Oh, ma tête !! » gémit-il. Il se massait les tempes tout en marchant.

Il finit par retrouver son chemin dans le dédale de couloirs et de passages du manoir. La robe de chambre en velours cramoisi qu'il portait le réchauffait à peine.
Mais le plus pénible était encore de n'avoir trouvé que cette paire de tong féminines ornées d'une grosse marguerite en plastique véritable.
Il repéra enfin une lourde porte de bois qui lui sembla familière.

Il tira la porte et pénétra dans la pièce où les reliquats de la soirée de la veille dégageaient une odeur fade. Il repoussa les bouteilles vides qui recouvraient le vieux sofa, s'y affala dans un cliquetis de verre entrechoqué, et soupira : "Oui, il faudrait vraiment visiter Casablanca".
Ellora
« Où sont partis tous les autres ? ».
Apparemment elle cherchait celui qui lui avait fait chavirer son cœur hier soir. C’est vrai qu’elle est belle dans sa petite robe, pensa-t-il.
Il haussa les épaules pour marquer son ignorance.

Elle disparut dans une envolée de dentelles et de frous-frous.
Il piqua derechef du nez.

"- Vous, là !!!"

Gustave ouvrit péniblement les yeux, et se tourna vers la voix qui venait de l'interpeler.
"Quoi ?
- Bouge-toi de là, il faut que je nettoie votre bordel" grommela la femme de ménage.
Péniblement, il se redressa, écarquillant ses paupières empâtées, se demandant comment il avait pu atterrir dans la cuisine. Il se décida enfin à monter l'escalier de l'étage.

« Oh, ma tête !! » gémit-il. Il se massait les tempes tout en marchant.

Il finit par retrouver son chemin dans le dédale de couloirs et de passages du manoir. La robe de chambre en velours cramoisi qu'il portait le réchauffait à peine.
Mais le plus pénible était encore de n'avoir trouvé que cette paire de tong féminines ornées d'une grosse marguerite en plastique véritable.
Il repéra enfin une lourde porte de bois qui lui sembla familière.

Il tira la porte et pénétra dans la pièce où les reliquats de la soirée de la veille dégageaient une odeur fade. Il repoussa les bouteilles vides qui recouvraient le vieux sofa, s'y affala dans un cliquetis de verre entrechoqué, et soupira : "Oui, il faudrait vraiment visiter Casablanca".
Grover
Au travers des ondes de chaleur, Lucinda apparut soudainement telle un mirage dans les dunes.
« Où sont partis tous les autres ? ».

Apparemment elle cherchait celui qui lui avait fait chavirer son cœur hier soir. C’est vrai qu’elle est belle dans sa petite robe, pensa-t-il.
Il haussa les épaules pour marquer son ignorance.

Elle disparut dans une envolée de dentelles et de frous-frous.
Il piqua derechef du nez.

"- Vous, là !!!"

Gustave ouvrit péniblement les yeux, et se tourna vers la voix qui venait de l'interpeler.
"Quoi ?
- Bouge-toi de là, il faut que je nettoie votre bordel" grommela la femme de ménage.
Péniblement, il se redressa, écarquillant ses paupières empâtées, se demandant comment il avait pu atterrir dans la cuisine. Il se décida enfin à monter l'escalier de l'étage.

« Oh, ma tête !! » gémit-il. Il se massait les tempes tout en marchant.

Il finit par retrouver son chemin dans le dédale de couloirs et de passages du manoir. La robe de chambre en velours cramoisi qu'il portait le réchauffait à peine.
Mais le plus pénible était encore de n'avoir trouvé que cette paire de tong féminines ornées d'une grosse marguerite en plastique véritable.
Il repéra enfin une lourde porte de bois qui lui sembla familière.

Il tira la porte et pénétra dans la pièce où les reliquats de la soirée de la veille dégageaient une odeur fade. Il repoussa les bouteilles vides qui recouvraient le vieux sofa, s'y affala dans un cliquetis de verre entrechoqué, et soupira : "Oui, il faudrait vraiment visiter Casablanca".
Dournon
Lentement, avec un grincement à donner la chair de poule, la cheminée pivota sur son axe.

Au travers des ondes de chaleur, Lucinda apparut soudainement telle un mirage dans les dunes.
« Où sont partis tous les autres ? ».

Apparemment elle cherchait celui qui lui avait fait chavirer son cœur hier soir. C’est vrai qu’elle est belle dans sa petite robe, pensa-t-il.
Il haussa les épaules pour marquer son ignorance.

Elle disparut dans une envolée de dentelles et de frous-frous.
Il piqua derechef du nez.

"- Vous, là !!!"

Gustave ouvrit péniblement les yeux, et se tourna vers la voix qui venait de l'interpeler.
"Quoi ?
- Bouge-toi de là, il faut que je nettoie votre bordel" grommela la femme de ménage.
Péniblement, il se redressa, écarquillant ses paupières empâtées, se demandant comment il avait pu atterrir dans la cuisine. Il se décida enfin à monter l'escalier de l'étage.

« Oh, ma tête !! » gémit-il. Il se massait les tempes tout en marchant.

Il finit par retrouver son chemin dans le dédale de couloirs et de passages du manoir. La robe de chambre en velours cramoisi qu'il portait le réchauffait à peine.
Mais le plus pénible était encore de n'avoir trouvé que cette paire de tong féminines ornées d'une grosse marguerite en plastique véritable.
Il repéra enfin une lourde porte de bois qui lui sembla familière.

Il tira la porte et pénétra dans la pièce où les reliquats de la soirée de la veille dégageaient une odeur fade. Il repoussa les bouteilles vides qui recouvraient le vieux sofa, s'y affala dans un cliquetis de verre entrechoqué, et soupira : "Oui, il faudrait vraiment visiter Casablanca".
Ulysse
Perdu dans ses pensées embrumées d'alcool, sans savoir s'il allait gerber dans un coin ou se soulager des 15 pintes ingurgitées durant la dernière heure, il se demanda soudain s'il était normal de voir la cheminée bouger.

Lentement, avec un grincement à donner la chair de poule, la cheminée pivota sur son axe.

Au travers des ondes de chaleur, Lucinda apparut soudainement telle un mirage dans les dunes.
« Où sont partis tous les autres ? ».

Apparemment elle cherchait celui qui lui avait fait chavirer son cœur hier soir. C’est vrai qu’elle est belle dans sa petite robe, pensa-t-il.
Il haussa les épaules pour marquer son ignorance.

Elle disparut dans une envolée de dentelles et de frous-frous.
Il piqua derechef du nez.

"- Vous, là !!!"

Gustave ouvrit péniblement les yeux, et se tourna vers la voix qui venait de l'interpeler.
"Quoi ?
- Bouge-toi de là, il faut que je nettoie votre bordel" grommela la femme de ménage.
Péniblement, il se redressa, écarquillant ses paupières empâtées, se demandant comment il avait pu atterrir dans la cuisine. Il se décida enfin à monter l'escalier de l'étage.

« Oh, ma tête !! » gémit-il. Il se massait les tempes tout en marchant.

Il finit par retrouver son chemin dans le dédale de couloirs et de passages du manoir. La robe de chambre en velours cramoisi qu'il portait le réchauffait à peine.
Mais le plus pénible était encore de n'avoir trouvé que cette paire de tong féminines ornées d'une grosse marguerite en plastique véritable.
Il repéra enfin une lourde porte de bois qui lui sembla familière.

Il tira la porte et pénétra dans la pièce où les reliquats de la soirée de la veille dégageaient une odeur fade. Il repoussa les bouteilles vides qui recouvraient le vieux sofa, s'y affala dans un cliquetis de verre entrechoqué, et soupira : "Oui, il faudrait vraiment visiter Casablanca".
Scribe
La soirée commença comme toutes les autres. Boire, vite, et beaucoup, atteindre l'ivresse rapidement sans savoir réellement pourquoi. Quand les convives ne furent plus que silhouettes floues, Gustave se laissa aller à la fête, errant dans les pièces, un inutile verre vide à la main.

Perdu dans ses pensées embrumées d'alcool, sans savoir s'il allait gerber dans un coin ou se soulager des 15 pintes ingurgitées durant la dernière heure, il se demanda soudain s'il était normal de voir la cheminée bouger.

Lentement, avec un grincement à donner la chair de poule, la cheminée pivota sur son axe.

Au travers des ondes de chaleur, Lucinda apparut soudainement telle un mirage dans les dunes.
« Où sont partis tous les autres ? ».

Apparemment elle cherchait celui qui lui avait fait chavirer son cœur hier soir. C’est vrai qu’elle est belle dans sa petite robe, pensa-t-il.
Il haussa les épaules pour marquer son ignorance.

Elle disparut dans une envolée de dentelles et de frous-frous.
Il piqua derechef du nez.

"- Vous, là !!!"

Gustave ouvrit péniblement les yeux, et se tourna vers la voix qui venait de l'interpeler.
"Quoi ?
- Bouge-toi de là, il faut que je nettoie votre bordel" grommela la femme de ménage.
Péniblement, il se redressa, écarquillant ses paupières empâtées, se demandant comment il avait pu atterrir dans la cuisine. Il se décida enfin à monter l'escalier de l'étage.

« Oh, ma tête !! » gémit-il. Il se massait les tempes tout en marchant.

Il finit par retrouver son chemin dans le dédale de couloirs et de passages du manoir. La robe de chambre en velours cramoisi qu'il portait le réchauffait à peine.
Mais le plus pénible était encore de n'avoir trouvé que cette paire de tong féminines ornées d'une grosse marguerite en plastique véritable.
Il repéra enfin une lourde porte de bois qui lui sembla familière.

Il tira la porte et pénétra dans la pièce où les reliquats de la soirée de la veille dégageaient une odeur fade. Il repoussa les bouteilles vides qui recouvraient le vieux sofa, s'y affala dans un cliquetis de verre entrechoqué, et soupira : "Oui, il faudrait vraiment visiter Casablanca".
Ellora
Il se demandait encore pourquoi il avait loué cette gentilhommière pour y organiser une réception avec de parfaits inconnus.

La soirée commença comme toutes les autres. Boire, vite, et beaucoup, atteindre l'ivresse rapidement sans savoir réellement pourquoi. Quand les convives ne furent plus que silhouettes floues, Gustave se laissa aller à la fête, errant dans les pièces, un inutile verre vide à la main.

Perdu dans ses pensées embrumées d'alcool, sans savoir s'il allait gerber dans un coin ou se soulager des 15 pintes ingurgitées durant la dernière heure, il se demanda soudain s'il était normal de voir la cheminée bouger.

Lentement, avec un grincement à donner la chair de poule, la cheminée pivota sur son axe.

Au travers des ondes de chaleur, Lucinda apparut soudainement telle un mirage dans les dunes.
« Où sont partis tous les autres ? ».

Apparemment elle cherchait celui qui lui avait fait chavirer son cœur hier soir. C’est vrai qu’elle est belle dans sa petite robe, pensa-t-il.
Il haussa les épaules pour marquer son ignorance.

Elle disparut dans une envolée de dentelles et de frous-frous.
Il piqua derechef du nez.

"- Vous, là !!!"

Gustave ouvrit péniblement les yeux, et se tourna vers la voix qui venait de l'interpeler.
"Quoi ?
- Bouge-toi de là, il faut que je nettoie votre bordel" grommela la femme de ménage.
Péniblement, il se redressa, écarquillant ses paupières empâtées, se demandant comment il avait pu atterrir dans la cuisine. Il se décida enfin à monter l'escalier de l'étage.

« Oh, ma tête !! » gémit-il. Il se massait les tempes tout en marchant.

Il finit par retrouver son chemin dans le dédale de couloirs et de passages du manoir. La robe de chambre en velours cramoisi qu'il portait le réchauffait à peine.
Mais le plus pénible était encore de n'avoir trouvé que cette paire de tong féminines ornées d'une grosse marguerite en plastique véritable.
Il repéra enfin une lourde porte de bois qui lui sembla familière.

Il tira la porte et pénétra dans la pièce où les reliquats de la soirée de la veille dégageaient une odeur fade. Il repoussa les bouteilles vides qui recouvraient le vieux sofa, s'y affala dans un cliquetis de verre entrechoqué, et soupira : "Oui, il faudrait vraiment visiter Casablanca".
Volyova
J'étions embêtée pour poursuivre continuer commencer, par une incohérence chronologique, alors je l'ai corrigée dents.gif
Le début/fin de l'histoire suggère que nous sommes un lendemain de fête. Or l'intervention d'Ulysse nous situe plutôt le soir même, ce qui ne collait pas.
Petite intervention signalée en couleur.

édit : ... et annulée.
Scribe
Ah c'est marrant, moi aussi je voyais une incohérence, mais créée par le "derechef". Je voyais l'histoire différemment : pour moi le matin ne commençait qu'avec l'intervention de la femme de ménage qui le réveillait, Lucinda étant une sorte de vision alcoolisée qu'il avait eu la veille, pendant la soirée, et que ce n'est qu'après qu'il s'empaffait. Mais c'était assez complexe parce que du coup Lucinda cherchait la personne "qui avait fait chavirer son cœur" la veille de la soirée.
En le comprenant comme ça par contre, on ne voyait pas pourquoi il y a ce "derechef", parce que ça sous-entend qu'il s'endort une seconde fois. Et là c'est moi qui ai fait l'erreur parce que j'ai clos l'épisode de la soirée en plaçant un début à l'événement. Il aurait fallu le faire s'endormir une première fois avant, pour rester cohérent.

Bon, toujours est-il que je suis partisan de ne pas corriger, ce qui est fait est fait, essayons quand même de retomber plus ou moins sur nos pieds biggrin.gif : nous sommes donc à la fin de l'après-midi qui précède la soirée.
Volyova
On peut revenir à la version d'avant si tu veux. Mais je ne voyais rien à écrire qui soit logique à rebours. Donc ce sera sans moi. spamafote.gif
Scribe
CITATION
On peut revenir à la version d'avant si tu veux. Mais je ne voyais rien à écrire qui soit logique à rebours. Donc ce sera sans moi. spamafote.gif
OK OK, fais comme tu le sens alors. yes.gif
Volyova
Ben, non, c'est ton idée.
Si tu ne veux pas qu'on correctionne les problèmes chronologiques, c'est toi qui décide.
Mais ça m'intéresse moins de participer si ça part en vrille.
Donc, j'efface ma participation et je vous laisse jouer wink3.gif
Scribe
Non mais on peut aussi discuter des choses sans que ma vision s'impose forcément hein. biggrin.gif C'est sûr que c'est bien mieux si on reste cohérents mais l'intérêt du truc c'est aussi de voir ce que l'exercice peut donner tel quel, donc si on fait des retouches a posteriori, c'est moins intéressant je pense.

M'enfin bon, c'est vrai que là ça risque de pas donner grand chose de terrible comme c'est parti, donc je propose qu'on lance une autre histoire (mettons que celle-là était notre coup d'essai), et que dès qu'on remarque une incohérence, on le signale pour le corriger tout de suite.

Je te laisse trouver cette nouvelle fin Volyo, parce que c'est de ta faute si on est obligés de tout recommencer (comment je la joue fine pour masquer mon manque d'inspi du moment biggrin.gif).
Ellora
Désolé, Scribe, mais je suis de l'avis de Volyo; j'aime les histoires qui tiennent debout !
C'est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'information, la mise en page et les images, veuillez cliquez ici.
Invision Power Board © 2001-2024 Invision Power Services, Inc.