IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Closed TopicStart new topic
> Tous les textes du jeu N° 1, pour lecture.
Volyova
* 21/02/2007, 14:55
Message #1
Aldebarans narcophilae

Et c'est pas fini !
**********
Groupe : Bricoleurs
Messages : 6 762


(IMG:style_emoticons/MystAventure/content.gif) Et voici venir les œuvres de nos chers membres!! (IMG:style_emoticons/MystAventure/content.gif)

Je rappelle que le but du jeu est de trouver qui a écrit quoi.
Vos propositions doivent m'être adressées en MP.
Il serait trop facile sinon de constater que Dreeli ne donne pas d'auteur au texte No 4 puisque c'est elle qui l'a écrit.
On pourrait faire ça en spoiler mais je me méfie (IMG:style_emoticons/MystAventure/bleh-f.gif)

Bref, dans ce sujet, vous pouvez commenter les textes, y réagir ou entraîner les joueurs sur de fausses pistes mais les réponses précises se font en MP!


Les participants :

AlexRow
dreeli
Ekis
GabuZomeuuuu
Gandalf le OUF
GGofLove
Grover
jefftom
JaJa
K-WET
NounouOgg
Ulysse
Volyova


-------------------------------------------


No 1

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

Le magma informe de mes pensées fut foudroyé par le message de la divine Volyova ce matin aux abords de son forum truffé de penseurs gargantuesques et de posteurs assoiffés de coliques verbales à tel point que la coloscopie d'un tel lieu ressemble plus au médecin avide de nouvelles maladies oralo-colonales qu'à l'aventurier fou en train d'escalader une lointaine ziggourat marmoréenne de l'Asie orientale du 18ème colonial.
Le sulfatage lingual devait commencer, l'ordonnance postale allait s'abattre aux 4 coins de ce forum, dispersant la logorrhée textuelle de l'admin locale par petits bouts façon puzzle...
Bref, puisant exhaustivement dans les tréfonds de mon immense boîte caverneuse et néanmoins crânienne, je lui proposai ce petit opuscule de mon cru, lointainement associé à une forme de contrepèterie dont elle avait le secret... Je vous renvoie donc vers elle, je vous envoie dans la culture (et non je vous encule dans la voiture). Elle a le secret de mon inculture.
(IMG:style_emoticons/MystAventure/Oo.gif)

-------------------------------------------


No 2

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

Chère Ginette,

En ce jour de saint-Valentin, si loin de toi et de ton profil marmoréen, je me décide à prendre la plume, moi qui me débats au milieu du magma de mes sentiments pour toi.
Voici un an, jour pour jour (si, je te l'assure, j'ai biffé exhaustivement les jours sur mon calendrier portatif), tu m'as aimablement envoyé, je cite, "me faire faire une coloscopie chez les Grecs" et depuis, après cette étape qui fut une révélation de mon moi profond, je n'ai cessé de voyager à travers le monde.
Sois bénie de m'avoir ouvert à de nouveaux horizons et découvert par là-même ma véritable nature. Depuis, j'y vois plus clair et vis une gargantuesque passion avec Robert, agriculteur dans le Lot, spécialisé dans le sulfatage en profondeur et taxidermiste à ses heures.

Mais brisons là car je sens bien que cet opuscule va te porter sur les nerfs! Sache bien pourtant que du haut de la ziggourat où je me trouve, je pense à toi avec tendresse.

Ton affectionné Maurice

-------------------------------------------


No 3

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

Magma, coloscopie, sulfatage, marmoréen, exhaustivement, gargantuesque, ziggourat, opuscule!
Non mais je vous demande un peu : les prix littéraires, ça devient n'importe quoi!

Prescription rituelle :
Le Périssable dit : Les prêtres affectés au service de la ziggourat ne pourront procéder au sulfatage du marmoréen sanctuaire qu'après avoir exhaustivement étudié l'opuscule idoine et subi une coloscopie de routine, des fois que leur magma intestinal ait une trop sale gueule après qu'ils se seront baffrés des offrandes gargantuesques présentées par les fidèles.

Notice explicative :
Avant l'examen
1 - Mesurer la température du magma souterrain.
2 - Compter exhaustivement les ziggourats présentes en surface.
3 - Ainsi que les opuscules descriptifs.
Pendant l'examen
1 - Arborer un visage marmoréen pendant la coloscopie, pour faire oublier le ridicule de la situation

Après l'examen
1 - Pas de repas gargantuesque.
2 - Bouillon et légumes vapeur pendant une semaine.

Quoi d'autre ? Non mais c'est vraiment portnawak ce truc. Encore heureux qu'il ne faille pas utiliser ce vocabulaire plusieurs fois. Tssss...

-------------------------------------------


No 4

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

Lors d'un voyage d'étude sur les ziggourats mésopotamiennes, le célèbre archéologue
R. Koldewey, accompagné de son fidèle assistant G.R. Heart, étudia en 1897 celle de Babylone.

Fort de l'expérience de ses prédécesseurs, dont il avait rassemblé les points importants dans un opuscule que ne le quittait jamais, R. Koldewey ne tarda pas à émettre plusieurs hypothèses sur la construction et la portée symbolique de ces étranges temples. Pour plus de détails, vous pouvez consulter, par exemple, la page suivante, car tel n'est pas, en définitive, le sujet du présent article.

Nous allons en effet nous concentrer sur le discret assistant de l'archéologue pour dévoiler une bien étrange mésaventure survenue à l'époque et dont les conséquences sont encore loin d'être entièrement mesurables.

Sachez simplement que les répercussions de cette aventure se retrouvent dans des sujets aussi variés et éloignés les uns des autres que la coloscopie, le sulfatage et l'étude du magma, comme nous le verrons plus bas.

Revenons donc à l'histoire qui nous intéresse, c'est-à-dire ce qui s'est passé un fameux soir de février 1901, soit quatre ans après le retour en Europe des deux explorateurs.

Heart était considéré comme un bel homme, probablement à cause de l'expression marmoréenne de son visage, particulièrement fin et bien dessiné, qui ne manquait pas d'intriguer et d'attirer les femmes.

Lors d'une soirée fort bien arrosée, et après un repas gargantuesque, G. R. Heart fut soudain pris d'un étourdissement. L'abus d'alcool divers et de mets aussi riches que variés avait provoqué chez le bellâtre un malaise et il décida derechef d'aller s'étendre quelques heures.

Or il se trouvait qu'il avait un rendez-vous galant que l'ivresse lui fit oublier.

La belle, extrêmement déçue de ce désistement, décida de se donner à un autre de ses prétendants dont elle tomba enceinte et avec qui elle se maria, un dénommé Andrey Tazieff qui n'est autre que le père du fameux Haroun Tazieff, le vulcanologue mondialement connu.

Heart, une fois rétabli, apprit la trahison de sa belle et, pour se venger, engrossa la fille d'un viticulteur bordelais avec laquelle lui aussi se maria. Il divorça quelques années plus tard, non sans avoir laissé un héritier qui, après ses études de chimie, inventa "la bouillie bordelaise" dont aujourd'hui encore on sulfate les vignes.

On ne pourra pas faire exhaustivement le tour des conquêtes de Heart, mais il faut encore mentionner sa relation extraconjugale avec une belle chinoise qui enfanta elle aussi de lui et dont un des descendants, Wei Zhao, rédigea un intéressant article sur les complications de la coloscopie que l'on peut consulter à cette adresse

Comme quoi…

-------------------------------------------


No 5

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

Un opuscule sur la Perse l'avait convaincu de visiter l'Iran, et pas question d'écouter les mises en garde concernant la cuisine locale.
Mais il commençait à présent à regretter l'enthousiasme gargantuesque avec lequel il avait engouffré exhaustivement le menu proposé. Il perdait peu à peu son teint marmoréen, avait l'impression d'avoir du magma en fusion dans l'estomac, craignait que cela ne dégénère en un sulfatage dévastateur. Pas le moment de faire une coloscopie! Fallait vite se mettre à l'abri des regards : il se précipita derrière la ziggourat.
Vacances à la campagne la prochaine fois, se promit-il.

-------------------------------------------


No 6

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

C'est le lendemain de ses soixante ans qu'il subit une coloscopie. L'infirmière avait dû lui administrer jusqu'à trois laxatifs car il n'avait - bien sûr - pas pu renoncer ni au dîner gargantuesque que lui avaient confectionné ses amis, ni à son gâteau d'anniversaire : une gigantesque ziggourat de crème et de choux fourrés.
Vêtu d'une simple chemise d'hôpital ouvrant par l'arrière, il restait "en observation". Pris d'ennui vers vingt-trois heure et n'ayant pas de voisin de chambrée avec qui échanger des maximes, il s'avisa de lire un petit opuscule qui traitait exhaustivement du sulfatage. C'était sa fine reliure de cuir d'aspect marmoréen qui avait attiré son œil curieux, mais le contenu de l'ouvrage ne le déçut point pourtant. Au moins n'était-ce pas un magma informe d'idées empruntées... L'auteur prenait fait et cause pour son sujet et le menait tambour battant, c'en était émouvant.

-------------------------------------------


No 7

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

Quel cauchemar cette nuit...
Je ne te raconte pas...
Si je te raconte mais pas exhaustivement ça prendrait toute la nuit, mais voilà l'histoire.
Je me suis retrouvé devant un buffet gargantuesque, style Club Med.
Connaissant ma gourmandise légendaire je n'ai pas résisté et je me suis empiffré comme quelqu'un qui n'avait plus rien avalé depuis une semaine.
Les gens autour de moi chuchotaient " il va éclater comme une baudruche celui-là!! " (IMG:style_emoticons/MystAventure/hoo2.gif)
Quand j'ai senti que mes dents du fonds baignaient et que je ne pouvais plus rien avaler je suis rentré chez moi. (IMG:style_emoticons/MystAventure/barrer.gif)
Voulant quelque peu éliminer et poussant comme pendant les douleurs de l'accouchement, rien, rien de rien. (IMG:style_emoticons/MystAventure/triste_crise.gif)
Je fus obligé de consulter et après une coloscopie douloureuse on détecta un magma qui bouchait mon arrière-train.
Après une boîte de dragées Fuca je ne te dis pas le sulfatage digne d'un épandeur à lisier. (IMG:style_emoticons/MystAventure/N5.gif)
Mais quelle ne fut pas ma stupéfaction de constater que j'avais réalisé un magnifique petit édifice genre ziggourat marmoréenne de toute beauté, digne d'un grand sculpteur.
J'étais ravi!!
Comme quoi les cauchemars ont du bon! Je n'aurais jamais su que j'avais un don aussi bien caché. (IMG:style_emoticons/MystAventure/laugh2.gif) (IMG:style_emoticons/MystAventure/laugh2.gif) (IMG:style_emoticons/MystAventure/laugh2.gif)
J'ai noté toute mon aventure dans un petit opuscule que je te fais parvenir...
Bonne lecture.

-------------------------------------------


No 8

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

Alors que je me promenais dans les chemins creux bordant les prés où mon oncle Philibert s’adonnait régulièrement à la taille de la vigne (terme dont j'appris bien plus tard qu'il s'agissait d'un euphémisme dont ce cher Tonton usait pour décrire ses galipettes avec Valentine, sa marmoréenne et gironde voisine), j'eus la surprise de trouver au sol un livret signé d'un obscur Arturo Copi.

Ce curieux opuscule m’intrigua de par sa facture, somme toute raffinée malgré les griffes du temps et de la météo, et l’incompréhensible motif de pyramide à degrés qui en ornait la couverture.
Son étrange titre "Des bienfaits du soufre dans les exploitations mytilicoles de Basse Asturies et de Sicile” finit de me rendre perplexe et de piquer ma curiosité.
Quel rapport pouvait-il bien y avoir entre une Ziggourat Mésopotamienne et les moules d’Italie ?
Voilà qui était de plus en plus surprenant!

Je pris l’objet sous mon bras et décidai de rentrer sans plus attendre afin de l’étudier au plus vite.

Mais à peine arrivé, l’heure de midi sonna. Et à la campagne, le repas, c’est sacré, pas d’échappatoire possible. Les sempiternelles et tant redoutées agapes gargantuesques auraient raison de moi, mais pas question d’y échapper, ne serait-ce qu’une fois…

Une fois remis d’une digestion laborieuse et somnolente, j’entamai le nettoyage et la lecture de l’ouvrage.
J’y appris comment les vieux paysans récoltaient le soufre sur les champs de magma régulièrement déversés par le Vésuve ou l’Etna, noms qui m’étaient alors inconnus mais ô combien évocateurs.
J’y découvris aussi les bienfaits du sulfatage (action de projeter un lait jaunâtre à l’aide d’une sorte de lance) sur la coloration et l’ouverture des susdits bivalves.
J’y découvris tout un monde dont je ne soupçonnais même pas l’existence.
Fasciné par tant de travail et d’érudition minéralo-marine, je dévorai le texte et les illustrations d’un trait.

L’auteur s’était, semble-t-il, donné pour mission de répertorier exhaustivement l’ensemble des méthodes et procédés de récolte, de production et d’épandage de ce “don des dieux”. Un vrai travail de romain, une œuvre de titan, quelle coloscopie!

-------------------------------------------


No 9

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

En des temps lointains et depuis oubliés
vivaient des gens heureux, maintenant disparus.
Le magma du volcan et les cendres dispersées
ont recouvert les traces de ce peuple élu.

Sauvegardé par on ne sait quel miracle,
un opuscule presque intact fut découvert.
Serait-ce la confirmation de l'oracle
prédisant qu'un jour un trou serait ouvert ?

Dans une sorte de ziggourat posée sur une aiguille,
près du ciel, au milieu de nulle, part il dormait.
Seul rescapé d'une bibliothèque maintenant évanouie,
le livre aujourd'hui va te livrer ses secrets.

Exhaustivement je ne peux pas l'affirmer
mais de ces temps passés une grande partie
va pouvoir sans détours t'être dévoilée
grâce aux pages à moi livrées, si loin de ma patrie.

Ainsi, de ce savoir, voici la révélation.
Ce peuple jadis prospère et heureux,
devant la science tomba en vénération,
reniant de la nature la sagesse et les dieux.

Sulfatage, productivité, coloscopie,
entre autres termes nouvellement inventés,
remplacèrent adages, sagesse et empathie,
jetant dans l'oubli les mots simples et innés.

Consommation gargantuesque des ressources,
dépérissement de la sève de la terre,
contraints de fuir la lumière et sa source,
les gens dans les grottes se réfugièrent.

Dans leurs yeux vitreux rien ne se reflétait
qu'un éclat marmoréen, terne et froid,
celui des parois entre lesquels ils végétaient
entourés d'humidité, de ténèbres et de froid.

Maintenant mon compagnon vient de mourir.
Dans la crevasse récemment ouverte je vais plonger,
dans le néant, le grand tout je vais m'évanouir.
Restera le livre et ces mots sur le papier couchés.

Bientôt je le sais la lumière reviendra,
le soleil brillera à nouveau dans les yeux.
La vie est la plus forte. Alors tu apprendras
ce qu'en vain ont tenté d'expliquer les vieux.

Des cavernes, du froid, tout sera oublié,
sur un chemin nouveau tu repartiras.
Tu te méfieras des erreurs du passé
mais d'autres fins hélas tu amèneras.

Pourtant en toi, en eux l'étincelle toujours brillera.
La vie, la mort, d'un être, d'un peuple, c'est ainsi
font partie du grand cycle que rien n'arrêtera.
Nul ne peut l'influencer; telle est la roue de la vie.

Et pourtant chacun à sa manière tente de participer
pour essayer de retarder l'échéance invaincue.
N'est-ce pas là, en définitive et à tout bien regarder,
ce qui fait que la vie vaut d'être vécue ?

Rencontres aléatoires et éphémères,
rencontre provoquées et pérennes
font que nous nous regroupons, pères et mères
pour continuer sur la voie, loin de la haine.

Nous nous aimons, fusionnons et nous accouplons
pour que l'inéluctable fin, la mienne, la tienne, la leur
ne soit que la graine, la semence de ceux qui viendront,
ceux que nous ne connaîtrons pas, ou alors ailleurs.

Voilà, mon enfant, ce que tu devais savoir :
"Fais ce que dois, advienne que pourra!"
Il y a ici une part hors de ton pouvoir,
la part inconnue du Divin qui est en toi.

Cherche-la jusqu'à ton dernier souffle!
Plus tu t'en approcheras, plus elle s'éloignera,
ne désespères pas, même si tu en souffres
car c'est cette recherche qui fera de toi un Roi.

-------------------------------------------


No 10

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

Ali entra dans la ziggourat. La femme de ménage était à l'œuvre. Il trouva la ziggou' net!!
Elle était grasse à souhait et se déplaçait de façon bizarre! En son for intérieur et d'un œil avisé, il pensa qu'elle avait dû subir une coloscopie intempestive!!
Le nez plongé dans un opuscule de P. Dac, il faisait mine de ne pas la voir...
Soudain, émoustillé par sa lecture, il lui sauta dessus et plongea, avec délices, dans le magma marmoréen de ses chairs molles!!
Elle eut droit à un sulfatage intensif et gargantuesque!! Il recompta exhaustivement ses attributs...
Il constata, avec satisfaction, que tout était à sa place!!

-------------------------------------------


No 11

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

C'était une sorte de tour.
À l'architecture tourmentée et, disons-le franchement, incompréhensible, mais c'était vraisemblablement une tour.
Une ziggourat d'aliéné, le délire gargantuesque d'un maçon sans diplôme mais à l'imagination fertile.
Je consultai le petit opuscule fourni par l'agence de voyage et n'y trouvai pas mention du bâtiment.
Certainement une réalisation récente qui n'avait pu être ajoutée au guide.
Il paraissait évident que le Tour Operator ne pouvait fournir une liste exhaustivement complète des points d'intérêts du lieu et ce, au jour le jour.
J'avançai un peu pour constater que le chemin était barré par une faille bouillonnante de magma.
Je notai à cette occasion la matière très particulière du pavement sous mes pieds.
De larges carreaux à l'éclat marmoréen brillaient de milliers d'inclusions aurifères, de-ci de-là quelques émeraudes taillées semblaient prises dans la masse.
Le paysage autour de moi, essentiellement composé d'arbres majestueux, d'arcs de triomphe éclatants et de couronnes de granit mégalithiques, étincelait lui aussi.
Une poussière brillante couvrait toutes choses comme après un sulfatage à la poudre de diamant.

Oui, bof!

Je pêchai le module de contrôle dans ma poche intérieure et appuyai rapidement sur la touche "retour"

- Monsieur Z. ? Déjà de retour ? interrogea la charmante hôtesse qui veillait près de mon fauteuil de voyage.
- Oui. huuum, disons que ce rêve est un peu trop mégalomaniaque à mon goût. Vous avez autre chose de moins clinquant, peut-être ? Je visiterais avec plaisir un espace plus confiné, plus intime.
- Mais bien sûr, Monsieur Z. Il est parfois difficile de donner une exacte description des rêves de nos dormeurs. Consultez donc le catalogue général que voici, ajouta-t'elle avec un sourire ravissant.

Je feuilletai la luxueuse brochure.
- Tiens, vous avez un comptable parmi les dormeurs ? C'est quoi, exactement, le rêve "Coloscopie de diptère" ?

-------------------------------------------


No 12

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

Citizen Kane, le survivant

Industriel frustré, Kane s’était juré de prendre sa revanche sur un monde qui semblait l’ignorer. Il dirigerait un journal qui traiterait exhaustivement des travers de la société. Son projet gargantuesque ne pourrait sans doute être mené à terme que dans un cadre digne de son auteur ; pour siège, il fit construire un immeuble digne d’une ziggourat! D’aucuns y virent d’ailleurs le signe d’une sorte de compensation mais sans véritablement s’accorder sur son objet.

Kane recruta une armée d’enquêteurs privés. Il les chargea de débusquer les plus confidentielles informations afin de les dévoiler à un public qu’il imaginait conquis d’avance par la témérité de son entreprise. Bientôt, toute la ville ne résonna plus que de questions impertinentes murmurées aux oreilles des humbles ou hurlées à la face des puissants. Du haut de sa tour, le directeur et rédacteur en chef organisait la collecte et le recoupement des bribes désordonnées qui lui parvenaient jour après jour. Le premier numéro serait une bombe et elle exploserait à la face des politiciens véreux convaincus de leur impunité.

Hélas, après plusieurs mois de gestation, la montagne accoucha d’une souris : le grand quotidien rêvé n’était en fait qu’un prétentieux opuscule. L’éditorial haineux et décousu confondait dénonciation intrépide et sulfatage aveugle. Les articles de fond, rédigés dans un style à peine plus limpide que les paroles du groupe Magma, déversaient en un fiel amer leurs révélations sorties des bas-fonds de la ville. L’autoscopie de la société tant annoncée tenait bien plus de la coloscopie. L’accueil d’abord enthousiaste se changea en froideur. Le public marmoréen se détourna rapidement de la bombe changée en feuille de chou. Tout aussi rapidement, celle-ci cessa vite de paraître.

Pourtant dans l’immeuble déserté Kane, la bave aux lèvres, continuait de s’agiter fébrilement sur le clavier de sa machine à écrire. Il informerait le monde coûte que coûte du plus grand des dangers qui le menacent : les invasions de soucoupes violentes qu’il avait vues dans la zone 51 (oui, juste à côté du Ricard), les gros vers psychopathes qui en sortaient, déguisés en langoustes armées de couteaux et rampant de façon immonde en proférant leurs menaces venues d’un monde sans âge… Iä R’lyeh! Cthulhu fhtagn! Iä! Iä! Nyarlthothep!

Depuis, les passants se hasardant devant l’immeuble déserté prétendent parfois entendre ce sinistre hululement : « Tekili-li! Tekili-li! »

-------------------------------------------


No 13

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

Francesco Loscopi, dit Le Gargantuesque passa lentement la porte de la ziggourat.
"Magma Mia" murmura-t-il devant l'amoncellement de corps sur le plancher marmoréen.
"Après ouné sulfatage como, plous bésoin dé coloscopie pour leur visiter les boyaux... Tou passes plous vite par dévant!"
Professionnel imperturbable il entreprit de noter exhaustivement dans son opuscule personnel la liste de ses victimes...

(Extrait de : LES MEMOIRE DE FRANCESCO LOSCOPI, 1er couteau de la COSA NOSTRA, sa vie, son œuvre.)

-------------------------------------------


No 14

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «


Ca y est Marrim, Atrus va m'envoyer à la recherche de survivants. Quel Âge vais- je découvrir ?
Vais-je brûler en tombant dans un âge fait de magma ou vais-je trouver un âge accueillant ?
À tout à l'heure, à mon retour, nous ferons un repas gargantuesque et je te raconterai exhaustivement mes découvertes.
Je pose ma main sur le livre et je me retrouve instantanément dans une cabane faite d'un bois verdâtre comme ayant été soumis au sulfatage.
Je commence mon exploration.
La vue qui s'offre à moi est magnifique, deux soleils inondent de lumière une prairie verdoyante.
Au loin, j'aperçois une cité que surplombe une ziggourat. Je m'avance vers ce lieu et entre dans la première maison.
Après les pièces communes, je trouve un laboratoire, un gros objet attire mon attention, il ressemble à un appareil utilisé pour la coloscopie mais d'une taille énorme. Sur la table à coté se trouve un opuscule. Je commence à le lire quand soudain j'entends un bruit derrière moi. Un grand type au visage marmoréen me fait face tenant la sorte de coloscope dans ses mains.
Je ne cherche pas à savoir ce qu'il me veut et je touche immédiatement mon livre de liaison qui me ramène à D'ni.

-------------------------------------------


No 15

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

La donzelle eu soudain l'idée d'un jeu absurde pour son forum pourave!
Elle allait demander à cette bande de tarés de composer un ch'ti texte contenant des mots imposés voir dissifiles et compléquis!
Aussitôt dit, aussitôt fait, elle empoigna son Petit Robert.
Précisons ici que le petit Robert n'est pas son amant du moment.
Pour le moment elle se tape le Gros Ver.
La consonance pouvant prêter à confusion (Petit Robert, Gros Ver), il nous a semblé utile de faire la précision (Suisse), mais nous nous égarons comme on dit dans le Lot (Lot égarons!!! (IMG:style_emoticons/MystAventure/laugh2.gif))
Tournant les pages au rythme de l'humidification de son doigt entre ses lèvres voluptueuses (En haut ou en bas, au choix) elle sélectionna rapidement 8 mots dont l'usage ne saurait être aisé, sauf pour quelques grands esprits comme Gandalf Le OUF ou encore Gandalf le OUF!

Gargantuesque, Ziggourat, Magma, Sulfatage, Coloscopie, Exhaustivement, Marmoréen et Opuscule feraient l'affaire.

Rapidos elle pondit un texte d'une pauvreté syntaxique et de fond lamentable dans lequel elle faisait semblant de s'excuser de reprendre l'idée d'un autre et posta le tout dans le forum.
Puis elle alla se coucher avec le sentiment du devoir accompli... Comme quoi y en a à qui il n'en faut pas beaucoup!

C'est consternant, je suis consterné!
(IMG:style_emoticons/MystAventure/nanana.gif) (IMG:style_emoticons/MystAventure/laugh2.gif)

-------------------------------------------


No 16

» Cliquez pour voir le message - Recliquez pour le cacher... «

"Wouhhhh p... tain que j'ai mal aux cheveux, ce matin, moué!"
Ainsi songeait le Toine Ventricule ce lundi matin-là. C'était la première phrase tant soit peu articulée qu'il avait pu dégager du magma de ses pensées nocturnes.
"Crédiou où qu'est passée la Marie ?", éructa-t-il ensuite après avoir promené une main hésitante dans le fouillis des draps.
A ce point du récit, il revient au narrateur de renseigner le lecteur, le héros en étant clairement incapable. Adonc : le Toine Ventricule était vigneron de son état, dans un coin tranquille du Beaujolais - le Toine ne s'était jamais soucié d'originalité. La semaine précédente avait toute été consacrée au sulfatage des vignes, besogne harassante quand on possédait celles du Toine. De fort belles vignes, mais plantées sur des coteaux abrupts, dont la raideur faisait de la plus escarpée des ziggourats un ridicule monticule.
Une telle semaine méritait d'être conclue dans la liesse et les réjouissances, et la Saint-Vincent tombait justement ce dimanche-là. Pourquoi Saint Vincent ? Il est le patron des vignerons, comme vous l'apprendrait n'importe lequel de ces opuscules d'érudition touristique qu'on appelle "guides" par un détour inexpliqué pour ces ouvrages qui semblent consacrés à énumérer exhaustivement tous les moyens d'égarer le touriste. Mais nous n'avons que trop digressé.
Résumons : fête du saint patron ajoutée à semaine de dur labeur égalent ripailles fameuses et beuveries gargantuesques pour compenser, et revenons dans le crâne tourmenté du Toine. Qui songeait à ses vignes, à ses coteaux, à la raideur d'iceux.
En parlant de raideur... où donc était passée la Marie ? Et son cul marmoréen ? La pensée salace fut salvatrice : elle avait rendez-vous (la Marie, pas la pensée) à Villefranche pour une coloscopie. Une ombre de culpabilité rembrunit le front taurin du Toine : ça serait-y pas qu'izauraient trop innové ces derniers temps, tous les deux ? Avec tous ces journaux qui donnent des idées saugrenues, on ne sait jamais.
Bah... il y repenserait après le petit déjeuner, où un seau de café remplacerait exceptionnellement le p'tit Chenin habituel.
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post

Closed TopicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



- Version bas débit Nous sommes le : 16/07/2019 - 21:38