IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

6 Pages V < 1 2 3 4 5 > »   
Reply to this topicStart new topic
> A land far far far away !
Gandalf le OUF
* 8/10/2015, 15:54
Message #31
Dieu Vivant du N'importe Nawak ! Docteur Cyclopède en intérim

Clavier refroidi à l'azote liquide
******
Groupe : Membres Confirmés
Messages : 3 185


Image attachée Les fameux bus scolaires jaunes.

Image attachée Ca rigole pas pour les fumeurs distraits par ici !

Image attachée Mon motel.

Ce message a été modifié par Gandalf le OUF - 8/10/2015, 15:56.
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Scribe
* 8/10/2015, 18:12
Message #32
Noircisseur de papier virtuel

Et c'est pas fini !
**********
Groupe : Bricoleurs
Messages : 5 485


Ayé, tout lu ! Super récit qui fait envie !

Quelques réactions prises en note durant ma lecture :
  • Déjà, je ne peux qu'applaudir ta décision de t'être lancé dans ce rêve qui te taraudait depuis un moment. A priori, on n'a qu'une vie sur cette bonne vieille Terre, alors il ne faut pas laisser passer sa chance quand on sent que le moment est venu. Ça ne dépend pas toujours que de nous, et puis faut quand même se botter le cul pour franchir le pas. Et tu peux en effet remercier ta femme de t'avoir donné le feu vert pour réaliser le périple en moto, comme tu en rêvais. J'imagine que tu aurais eu un goût d'inachevé si tu avais dû abandonner ton moyen de transport fétiche.
  • Je pense, comme tu l'as dit, que tu as pu apprécier les avantages du voyage en solo. Y'a pas à dire, si on n'a pas peur de se retrouver seul avec ses pensées, voyager seul (ce qui n'exclue pas les rencontres, au contraire) est, pour moi, la meilleure façon d'apprécier pleinement un nouveau coin de planète. La compagnie apporte d'autres choses agréables, mais la liberté totale de faire les choses comme on l'entend, quand on le veut, aussi longtemps que l'on souhaite, ça n'a pas de prix.
  • Concernant les contrôles douaniers à l'aéroport, ouaip, ça ne me surprend guère. Les Américains sont paranoïaques de la sécurité depuis le 11 septembre.
  • Taffioles, les joueurs de rugby ? Met à poil un joueur de football américain (oui enfin, pas en vrai hein, restons décents) et tu verras que dépouillé de tout son bardas de protection, il fait gringalet comparé aux taureaux qui piétinent les pelouses de rugby.
  • Les paysages ont l'air vraiment grandioses, ça fait diablement envie. Cet Antelope Canyon en particulier, qu'est-ce que c'est beau, à chaque fois que je vois ça dans des docus ou des films ça me donne envie de passer la main sur ces surfaces ondulantes polies par l'eau. Bon enfin, le film 127 heures apprend quand même qu'il faut faire attention à ses mains dans ce genre d'endroit... (IMG:style_emoticons/MystAventure/biggrin.gif)
  • Les portions de bouffe US, je crois que ça revient à chaque fois que je parle à quelqu'un qui est allé là-bas. J'aurais aussi beaucoup de mal à accompagner mes repas de tous ces foutus sodas... Et la photo des pintes de vin sous plastoc... (IMG:style_emoticons/MystAventure/evan.gif)
  • Une Européenne (Allemande ?) rencontrée en Nouvelle-Zélande et qui vivait depuis plusieurs années aux Etats-Unis m'avait dit un truc à propos du comportement des Américains. Elle avait aussi été frappée par la facilité qu'ils ont à engager la discussion avec des inconnus, leur bienveillance générale qui contraste avec notre méfiance et notre distance envers les inconnus. En revanche, elle m'avait dit qu'elle avait eu beaucoup de mal à se faire de véritables amis, et que parfois derrière les sourires et les bonnes manières, il était difficile de savoir ce qu'ils pensaient vraiment et de créer des relations de confiance. Par exemple, elle disait s'être faite inviter plus d'une fois à venir à manger chez des gens lors de discussions, mais quand parfois elle avait cherché à mettre en pratique l'invitation, la chose était reportée à une date indéfinie et qu'en définitive, la proposition tenait plus de la façon de parler que de la véritable invitation.
    Je sais pas si tu as pu constater ça ou pas sur la durée de ton séjour, mais bon, je pose quand même la question.
Globalement, tout ce que tu racontes pour l'instant est assez conforme à l'image que j'avais des States. Hâte de lire la suite !
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Gandalf le OUF
* 8/10/2015, 19:47
Message #33
Dieu Vivant du N'importe Nawak ! Docteur Cyclopède en intérim

Clavier refroidi à l'azote liquide
******
Groupe : Membres Confirmés
Messages : 3 185


Bon, alors au risque de déchirer ton petit coeur de supporter, j'ai rencontré des joueurs de foot US et je peux te garantir que même sans leur armure comme tu dis, les rugbymen à côté c'est des taffioles !
Ces gars là-bas sont de véritables monstres de muscles et de puissance. Pas un rugbyman, et je les respecte, n'aurait sa place là-bas dans une équipe de la NFL.
D'ailleurs s'ils sont arnachés de la sorte c'est pas pour paraître plus costaud mais justement parce que leur jeu est juste un tout petit peu plus viril que ne peut être le rugby.
Et pour terminer sur ce jeu, alors que j'ai encore beaucoup de mal avec les règles, je suis devenu fan de ce sport par l'engagement qu'il demande, par sa vivacité, par l'élaboration des stratégies, par la beauté de certaines phases de jeu et puis surtout parce que c'est un sport qui va de l'avant.
Le rugby c'est comme notre mentalité en Europe, on veut aller en avant mais on fait les passes vers l'arrière.
Ca veut tout dire ! (IMG:style_emoticons/MystAventure/nanana.gif)

Bon, parlons des américains.
Malheureusement la formule de mon voyage faite de déplacements ne m'a pas permis d'essayer d'établir une relation plus profonde avec l'un ou l'autre ricain.
J'aurais donc bien du mal à te dire si c'est ou pas plus facile que chez nous.
Ce n'est pas la première fois que j'entends dire ça d'eux mais franchement, est-ce vraiment beaucoup plus facile d'entrer dans l'intimité d'un européen ?
Personnellement, avant que je t'invite sincèrement à venir partager un repas chez moi il te faudra patienter.
Entre la relation qu'on n'invite jamais, le pote qui vient boire un verre mais c'est tout et puis enfin le copain qui a droit de table, le temps est long avant que tu ne passes d'un stade à l'autre. Et mon expérience avec des gens dont je suis devenu un ami ou un bon copain me confirme que c'est pareil chez les autres.
Mon voisin depuis 25 ans et avec lequel je m'entends parfaitement bien n'est jamais venu mangé chez moi et ne m'a jamais invité.
Pourquoi serait-ce autrement aux states ?

Non, je crois que ce qui perturbe les gens c'est justement cette franche cordialité initiale qui laisse peut-être croire que la suite ira plus vite que chez nous alors qu'il n'en est rien.
Mais à tout prendre je préfère leur cordialité, même si elle n'est que première apparence, à la gueule que tirent la plupart des gens chez nous.
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Scribe
* 9/10/2015, 14:36
Message #34
Noircisseur de papier virtuel

Et c'est pas fini !
**********
Groupe : Bricoleurs
Messages : 5 485


CITATION
J'aurais donc bien du mal à te dire si c'est ou pas plus facile que chez nous.
C'est pas tellement une question de plus facile ou pas, juste un fonctionnement (potentiellement) différent. Je sais pas si c'est vrai ou pas, je n'ai jamais expérimenté la chose. Dîner ou pas, peu importe, l'impression générale de la personne qui m'avait parlé de ça c'était plus qu'on pouvait facilement avoir 50 potes mais qu'il était dur de se faire des vrais amis au boulot ou dans la vie de tous les jours. Mais bon, je conçois bien que le contexte de ton voyage n'était pas spécialement propice à expérimenter la chose.

Pour le rugby en fait j'en sais rien, c'était un poil pour chambrer. (IMG:style_emoticons/MystAventure/dents.gif) En googlant, y'a cette vidéo qui explique quelques trucs si on zappe les cinq six minutes gnangnan du début. En gros, la conclu c'est que les joueurs de football américain sont un poil plus puissants que les rugbymen mais ils ont des protections et leur temps de jeu est beaucoup plus court. Le football américain est plus explosif, le rugby demande plus d'endurance.
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Gandalf le OUF
* 9/10/2015, 22:31
Message #35
Dieu Vivant du N'importe Nawak ! Docteur Cyclopède en intérim

Clavier refroidi à l'azote liquide
******
Groupe : Membres Confirmés
Messages : 3 185


Jour 5 :

En route pour Monument Valley.

LA vallée des bons vieux western avec John Wayne.

Mais avant ça, un arrêt programmé pour aller voir le Navajo National Monument, un site avec une antique cité Hopi dans une alcôve taillée par la nature dans une gigantesque falaise.

Premier gag de la journée les Navajos ont réinventé les dos d'âne destinés à limiter la vitesse. Eux ils installent des putains de rigoles.
Y a bien un panneau qui annonce ´DIP' mais comme tu ne sais pas ce que c'est et qu'il y a un panneau tous les cent mètres ici tu ne fais pas gaffe.
La surprise est de taille ! J'ai fait un de ces bonds avec la bécane ...
Même à la vitesse recommandée c'est juste dément. Après je te garantis que tu fais gaffe.

Bla bla avec le ranger du coin, un Navajo très sympa et souriant ( Ca change ) qui me dit que la visite du parc est gratos. Ça aussi c'est étonnant pour nous qui sommes habitués à payer partout, même pour aller pisser.

Allez hop, je me fais 2 des balades recommandées dont une me mène à une plate-forme rocheuse sur la falaise d'en face par rapport au pueblo.

C'est une nouvelle fois étonnant, Ce truc est tout de même là depuis le treizième siècle et il tient toujours debout.
Pour des murs façonnés avec de la boue et du torchis c'est balaise.

On ne peut pas approcher plus près, dommage mais vu la foule ça se comprend si on veut que ça dure encore 1000 ans.

La seconde promenade me mène vers le début du canyon pour une vue en enfilade.
Durant cette promenade quelque chose me préoccupe mais je n'arrive pas à savoir quoi.
Et puis ça me vient, je réalise le silence absolu dans lequel je suis. Pas une mouche, pas une abeille, pas le moindre insecte volant, pas un seul chant d'oiseau ne vient perturber ce silence total. C'est vraiment incroyable.
J'ai même été me renseigner pour savoir s'il y avait des oiseaux dans le coin et oui, il y en a, mais soit ils ne s'étaient pas encore remis de leur virée de la veille, soit ils ont tellement de boulot pour trouver à bouffer qu'ils ont autre chose à foutre que de chanter.

La végétation est rachitique et n'importe lequel d'entre nous crèverait de faim après 1 semaine dans ce trou et pourtant les Hopi utilisaient pas moins de 400 plantes différentes pour se nourrir et se soigner.

Ils avaient même inventé une sorte de chewing-gum. Bon, y avait pas 50 goûts différents mais tout de même.

Je redémarre, direction Monument Valley.

Soyons clair, il y a deux jours je me suis pris une claque monumentale sur la joue droite en allant voir le Grand Canyon. Aujourd'hui, en bon chrétien, j'ai tendu la joue gauche et je me suis pris une mandale maison.

C'est juste inimaginable et toutes les images qu'on a pu voir à la télé ou dans des revues sont incapable de rendre la majesté de tels lieux et ceci pour la simple raison que les images sont toujours focalisées devant elles alors que lorsque vous êtes devant ou dedans vous captez visuellement un ensemble panoramique qui donne sa vraie dimension au spectacle.

Pour visiter le site faut se faire accompagner en 4x4 par un guide Navajo.

Pour moi ce sera une guide et j'irai en compagnie d'une famille d'allemands fort sympathiques ce qui tout de même surprenant puisque tout le monde sait que l'allemand est agressif (Private joke).

Ne reculant devant aucun sacrifice je prends le grand tour, 2h30 de visite, de multiples arrêts explicatifs et la visite d'une partie que les pèquenots qui ont mégoté sur quelques dollars ne verront pas. Bien fait pour leur tronche.
Si vous faites un jour cette visite, croyez-moi, prenez le grand tour en 4x4.

Le petit tour est succinct et je vous déconseille de le faire avec votre voiture de location, d'une part parce que la plupart du temps c'est interdit par le loueur, et quand on voit la piste on comprend pourquoi, d'autre part parce que vous passerez à côté de toutes les explications du guide.

Je n'essaie même pas de vous raconter ce que j'ai vu, vous verrez les photos. Toute tentative de description est vouée à l'échec.
J'ai tellement tardé sur le site que je me suis tapé le reste de la route de nuit, mais j'ai profité d'un couché de soleil somptueux sur les montagnes et les nuages.
Quel pied.

Arrivé à l'hôtel vers 20h (oui, ici il fait nuit vers 19h) je me suis précipité dans un resto-bbq pour manger avant qu'ils ne ferment.
Pour rappel ces joyeux fêtards d'américains ferment tous les restos vers 21h00.

Une fois de plus j'ai été abasourdi par les portions servies ici.
J'avais commandé un petit mixed grill pas trop cher et je m'attendais à recevoir 4 ou 5 pignons de poulet et quelques spare-ribs mais quand le plat est arrivé, les spare-ribs étaient tellement énormes que je ne voyais pas la cuisse de poulet qui était en dessous.
Énorme c'est vraiment le mot pour le dire.
Le tout accompagné de beans (yessss !), de légumes cuits, de patates rissolées et pour faire bonne mesure d'une petite salade à côté.
Le seul truc qui avait une dimension normale c'était ma Desperado.

Cela a été aussi le lieu de mon premier désappointement...

A la table d'à côté il y avait un couple de français, mais alors le beauf dans toute sa splendeur.
Ce con s'adressait à un groupe de jeunes français eux-mêmes assis à une table plus loin.
Ça a commencé par le sempiternel : "Parigots, têtes de veau" hurlé dans toute la salle dés que cet abruti a su que ces jeunes gens étaient parisiens.
Déjà là le sourire des jeunes s'est légèrement crispé et ils n'avaient de cesse ensuite que d'essayer de raccourcir voire de stopper la conversation.
Bernique, ce gros con en rajoutait tant et plus.
Une fois ses plaisanteries épuisées il s'est attaqué aux américains "qui conduisent comme des cons" alors que si ça ne tenait qu'à lui il les aurait tous dépassé vite fait bien fait, ensuite, alors qu'il ne parle pas un mot d'anglais et tente de se faire comprendre de la serveuse avec des gestes et des onomatopées ou pire encore des mots français américanisés du genre " I want a bouteille of vin" il se permet de dire tout haut, "Putain ils sont cons ces amerloques, ils comprennent rien à ce qu'on leur dit" et pour finir Monsieur Je-sais-tout-mieux-que-tout-le-monde se permet de conseiller aux jeunes gens qui vont aller visiter Monument Valley de ne surtout pas le faire avec les 4x4 parce que les gens y seraient entassés comme des animaux et boufferaient de la poussière tout du long sans rien voir à cause de cette même poussière et donc de surtout le faire plutôt avec leur propre voiture.

Sachant ce que je vous ai raconté plus haut c'est évidemment une énorme connerie et sur le coup je n'ai pas pu m'empêcher de faire une signe de folie derrière le dos du beauf.
Signe qui a été parfaitement capté par un des jeunes gens.

Non mais quel con alors.
Putain ce genre de mec pourrait te bousiller les vacances juste à le rencontrer.
Qu'est ce qu'il fout ici cet abruti ?
Pourquoi il ne visite pas plutôt le Berry en charrette à bras au lieu de venir nous faire chier à 8000 bornes de chez lui ?
Vous le sentez là qu'il m'a énervé ce trouduc ?

Pour finir pour aujourd'hui et pour revenir au truc de la poussière, c'est vrai qu'il y en a pas mal qui s'envole au passage des 4x4 mais pas de quoi en crever non plus.
Ceci étant mon expérience de motard m'a bien servi puisqu'avant de partir, sachant qu'on allait sur une piste, j'avais pris la peine de prendre un tour de cou de motard qui m'a bien servi.

Pour le coup les allemands m'enviaient un peu.

Mais bon, on le sait, le teuton est envieux, c'est d'ailleurs pour ça qu'il vient régulièrement chez nous pour nous piquer ce qui lui fait envie.

Saleté de boches.


Image attachée Navajo National Monument, c'est pas la luxuriance de la forêt amazonienne.

Image attachée Sec mais beau !

Image attachée Quand je vous dis qu'ils faisaient du chewing-gum ...

Image attachée ... avec ça !

Image attachée La cité Hopi - Navajo du 13ème siècle.

Image attachée De plus près.

Image attachée Le site vu en enfilade avec ce fameux ce silence assourdissant !!!

Ce message a été modifié par Gandalf le OUF - 9/10/2015, 22:53.
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Gandalf le OUF
* 9/10/2015, 22:50
Message #36
Dieu Vivant du N'importe Nawak ! Docteur Cyclopède en intérim

Clavier refroidi à l'azote liquide
******
Groupe : Membres Confirmés
Messages : 3 185


Image attachée Monument Valley !

Image attachée Une Mesa.

Image attachée Les clebs errants locaux.

Image attachée

Image attachée

Image attachée Pub Marlboro ou presque !

Image attachée

Image attachée

Image attachée Une alcôve en formation.

Image attachée Le Hogan, habitation traditionnelle typique des Navajos.

Image attachée Son occupante qui perpétue les traditions à l'intention des touristes bien sûr !

Image attachée Structure du toit. Imposant !

Image attachée Une alcôve dont le toit a percé.

Image attachée Moments magiques lorsque notre guide puis celui d'un autre groupe ont entonné une chanson Navajo.

Image attachée C'est pas Lascaux mais tout de même, ça le fait !

Image attachée De vrais broncos indiens sauvages laissés en totale liberté dans le parc.

Image attachée C'est juste beau !

Image attachée

Image attachée 3 photos qui illustrent quand les nuages et la lumières changent le paysage en quelques minutes.

Image attachée

Image attachée

Image attachée Vous connaissez cette route ... C'est celle où Forest Gump a arrêté de courir !!!
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Gandalf le OUF
* 13/10/2015, 15:48
Message #37
Dieu Vivant du N'importe Nawak ! Docteur Cyclopède en intérim

Clavier refroidi à l'azote liquide
******
Groupe : Membres Confirmés
Messages : 3 185


Jour 6 :

Je vais vous dire un truc, un hot tub ( bain chaud) après une journée à rouler en bécane et à crapahuter dans Mesa Verde c'est le paradis.

I love the american way of life.

Oui je sais je vous fais chier mais vous voulez que je vous raconte ou pas ?

Mais commençons par le commencement.

Donc je vous l'ai déjà dit, le but de la journée était la visite de Mesa Verde.
Une Mesa pour ceux qui l'ignorerait c'est en gros un plateau dominant une plaine.

Monument Valley n'est composée que de ça, dont la plus célèbre pour les fans de western est Thunder Mesa.
Mais si là elles sont relativement petites comme on le voit dans les films et reportages, il en existe de gigantesques et Mesa Verde est de celles-là.

Après un peu de route je me présente au bureau des Rangers pour demander des infos sur la visite.
Le ranger, extrêmement sympa, commence par me donner un prospectus en français car il a deviné que je ne suis pas vraiment du coin.
Je me demande d’ailleurs comment il a deviné ça ? J'ai un accent ou quoi ?

Bref une fois mon prospectus et mon plan devant moi il m'explique très gentiment ce que je peux aller voir dans le parc et comment.
L'intérêt de Mesa Verde réside dans le nombre extrêmement élevé d'habitations troglodytes des anciens indiens Anasazi.
Une d'entre elles est tout particulièrement remarquable, the Cliff Palace.
Normalement on la visite en compagnie d'un guide d'où mon arrêt au bureau des Rangers mais pas de bol, ils sont en train de faire des fouilles archéologiques et des travaux d'entretien et ces visites guidées sont supprimées, mais m'explique t’il, il y a un point de vue qui surplombe cette cité de façon magnifique et qui me permettra de très bien la voir.

Ensuite, il existe une autre cité, plus petite et accessible moyennant un peu de marche et qui elle est visitable sans guide.
Je constaterai sur place qu’il y a tout de même 2 Rangers qui s'assurent que les touristes ne mettent pas les pieds au-delà des barrières.

Il faut me dit-il, partir d'un point central en haut de la Mesa et rayonner pour voir le plus de trucs possibles.

Comptez +- 2h pour faire le tour des points de vue.

2 h en moto ?

Avec les arrêts, oui.

Ok, et il est loin ce point de départ ?

Ben c'est à 15 miles d'ici.

Ah !

Déjà ça donne une idée de la taille du parc.

Je vais pour le quitter quand il me dit qu'il adore mon T-shirt, celui qu'on acheté en Italie avec Steve Mc Queen dessus.
On échange encore quelques mots sur ce sujet et au moment où je prends congé il me dit avec un grand sourire : Have fun with your bike
.
Je ne sais pas pourquoi il me dit ça de cette façon mais je le remercie, je prends la bécane et je me dirige vers le poste de contrôle. Pour les possesseurs du pass annuel des parcs d'état c'est gratos. C'est mon cas donc je passe fissa et en route.

Je ne vais pas tarder à comprendre pourquoi le ranger m'a dit ça, la route monte vers le plateau en une succession de superbes courbes sur une route bien large.

Malgré ma retenue avec une bécane qui n'est pas à moi et qui me coûtera un bras si je la vautre je finis par craquer un peu et par me lancer dans une montée comme on en a fait en allant vers Venise au mois de mai. Un pied d'enfer.

Malgré que ce ne soit pas ma Fat Boy et que je me méfie tout de même un peu de mes erreurs de conduites avec une moto que je connais peu, cette machine se conduit très facilement et réponds aux moindres sollicitations.
C'est la première fois que je la pousse un peu et je dois dire que je comprends le plaisir de conduite de ceux qui en possèdent une.
Et encore, celle-ci est stock.

Bon, c'est pas tout ça, me voici en haut et ma visite commence.

Faut aimer ce genre de trucs mais moi ça m'intéresse et je suis toujours curieux de voir comment nos glorieux ancêtres se démerdaient pour survivre.
Ces habitations troglodytes sont étonnantes de conception et d'intelligence d'aménagements.
Après faut aimer vivre en hauteur parce que pour le coup elles ne sont vraiment pas au niveau du sol.

Avantages de ces maisons en alcôves : abri pour la pluie ou la neige, t° relativement constante derrière les murs une fois une partie de l'alcôve bouchée, comme dans les grottes, protection évidente contre les prédateurs et ennemis car ces zouaves aimaient se foutre sur la gueule entre tribus.

Inconvénient majeur, si t'as oublié quelque chose en bas tu te fais vraiment chier pour aller le chercher.

Durant mon tour je passe au travers d'une forêt pétrifiée.
Dans les années 90 un terrible incendie a ravagé une partie de la Mesa et la multitude de troncs d'arbres encore debout après toutes ces années donne un spectacle particulier. J'y reviendrai.

Bon, après mon tour en moto je vais manger une "petite" salade dont vous aurez la photo plus bas.

Excellente, elle a la particularité d'être assaisonnée avec une des sauces créées par Paul Newman. Très bonne sauce d'ailleurs.
C'est con comme un petit détail te change la vie. Lol.

Après midi départ pour une promenade à pied vers le site visitable.
Vu de près c'est quand même incroyable qu'au 12ème siècle à peu près ces gens aient construit de telles bâtisses avec quelques troncs d'arbres, du torchis et de la boue.

Devant le site il y a une sorte de boîte contenant des prospectus expliquant le site et dans la même boîte une autre boîte avec une fente. Le truc c'est que tu es supposé mettre un dollar dans la boîte si tu prends le prospectus, mais personne ne surveille.
Eh ben j'ai observé un long moment et pas un seul américain n'a omis de mettre son dollar. Je n'imagine même pas un truc comme ça par chez nous. Les seuls qui n'ont pas payé sont des touristes européens.

Et ensuite vient mon morceau de bravoure de la journée, une randonnée le long d'une de ces corniches qu'utilisaient les Anasazis pour se déplacer le long des falaises qu'ils avaient colonisées.
C'était, comment dire, ...... Sportif !
A déconseiller aux gens en mauvaise forme physique et trop sensibles au vertige.

Certains passages se font sur un sentier d'un mètre de large avec la falaise d'un côté et le ravin de l'autre.

Par le précipice abrupt mais si tu rates une marche tu vas quand même te faire une solide dégringolade plus quelques bobos. Sans parler de la frousse que tu te feras.

Il y avait un moment un passage tellement étroit entre la falaise et un énorme rocher que quelqu'un comme .... au hasard, Eddy (Un pote à moi qui est disons … corpulent !), ne passerait pas.
Même de profil !

Ce sentier, même en sachant où il est, est totalement indétectable pour quelqu'un qui regarde d'en face tant il se fond dans les accidents de terrain et la végétation.

En cours de route on passe devant des petroglyphes, des dessins et gravures dans la falaise faites par les Anasazis. Chose étonnante c'est là, tout simplement, avec un petit panneau demandant de ne pas toucher mais personne pour surveiller.
C'est un peu comme si à Lascau on laissait la grotte ouverte. Et pourtant pas un graffiti, pas une déprédation.

Bref après 1h30 à crapahuter le sentier me ramène sur le dessus de la Mesa et je prends le chemin de retour mais cette fois sur terrain plat. Ouf.
Du coup je traverse à pied cette fois une autre partie de la forêt qui a été touchée par l'incendie et c'est vraiment surprenant parce qu'à côté d'arbres totalement cramés se trouvent d'autres arbres qui ont partiellement brûlé mais qui sont repartis et qui font de nouvelles branches pleines de feuilles.

En gros en cas d'incendie tu as les arbres qui te la font en mode Jeanne D'arc, ils crament et ils meurent et puis t'as les autres qui te la font en mode Jésus, je meurs mais je ressuscite après.

Pour réaliser cet exploit, ces arbres, confrontés aux incendies depuis la nuit des temps, ont développé une capacité de résistance au feu grâce à des couches superposées qui font que le cœur de l'arbre, au centre du tronc, résiste longtemps aux fortes chaleurs. Après, ils pèlent.
Tout dépend donc je pense de l'épaisseur du tronc et de la vitalité de l'arbre pour savoir s'il va ou non survivre à l'incendie.

En tous cas le résultat visuel est étonnant avec ce melting-pot d'arbres bien vivants et d'arbres pétrifiés.

Accessoirement tu te dis tout de même que si un incendie se déclarait maintenant, vu la taille gigantesque de la zone qui a cramé, tu as extrêmement peu de chances de t'en sortir. Du coup tu évites de fumer.

Bon la visite de la Mesa est terminée, je vais prendre la direction de mon motel.

"Ite Mesa Est" dirais-je pour faire un bon mot.

Durango me voici.
Durango, ville provinciale typiquement américaine, ses commerces, ces bars, ces motels, ces bains chauds ....
Oh oui, les bains chauds.

Là je vous narre mes aventures depuis un bar-resto typiquement américain avec une ambiance de folie car l'équipe de foot us locale joue et gagne. C'est juste dément.

Au menu Ceasar Salad. Miam.

Demain j'irai peut-être à la piscine ou alors encore au bain chaud, je me tâte.

Allez, salut.


Image attachée Belle illustration d'une Mesa, un plateau dominant une plaine. Ici je suis sur Mesa Verde.

Image attachée Première rencontre avec une forêt pétrifiée. On voit les vestiges des anciens arbustes alors que la base est ré-envahie par les nouvelles pousses.

Image attachée

Image attachée Cliff Palace, cité Anasazi.

Image attachée La cité, au-dessus le toit de l'alcôve et sur ce toit la forêt pétrifiée qui reprend vie.

Image attachée Ici aussi la falaise est totalement exploitée.

Image attachée Balcony House, uniquement accessible par échelles.

Image attachée Constructions vues de plus près.

Image attachée

Image attachée

Image attachée

Image attachée Mélange surprenant d'arbres brûlés et morts, d'autres brûlés mais reprenant vie et de jeunes pousses.

Image attachée Celui-ci n'a pas résisté.

Image attachée Celui-là bien et maintenant il pèle.

Image attachée Balade sur la corniche.

Image attachée

Image attachée

Image attachée Les petroglyphes.

Image attachée

Image attachée Ce sentier en corniche est bien là devant vous, mais où ???

Image attachée Durango et sa vieille gare d'époque.

Image attachée La ticketterie.

Image attachée Le train qui vous emmène dans les hauteurs.

Image attachée

Image attachée

Image attachée 'Petite' salade à la sauce PAUL NEWMAN !!! La classe quoi !

Image attachée Le bar resto de ce soir où on ne s'entend pas écrire tellement il y a de l'ambiance !!!

Image attachée Le repos du guerrier version USA : Le HOT TUB !!!
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Gandalf le OUF
* 13/10/2015, 15:49
Message #38
Dieu Vivant du N'importe Nawak ! Docteur Cyclopède en intérim

Clavier refroidi à l'azote liquide
******
Groupe : Membres Confirmés
Messages : 3 185


Ca vous intéresse toujours ou j'arrête ?
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Grover
* 13/10/2015, 17:22
Message #39
Cyclope du matin calme

Grooaaarrrr
**********
Groupe : Bricoleurs
Messages : 5 667


CITATION(Gandalf le OUF @ 13/10/2015, 16:49) *
Ca vous intéresse toujours… ?
(IMG:style_emoticons/MystAventure/yes.gif)
CITATION(Gandalf le OUF @ 13/10/2015, 16:49) *
… ou j'arrête ?
(IMG:style_emoticons/MystAventure/non.gif)
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Hinathéa
* 14/10/2015, 01:03
Message #40

Faudrait voir à se calmer

Groupe : Membres Confirmés
Messages : 493


Comme Grover.
Je commençais même à m'inquiéter quand je ne voyais pas la suite venir, lundi. (IMG:style_emoticons/MystAventure/reflexion_gratte.gif)
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Scribe
* 14/10/2015, 17:40
Message #41
Noircisseur de papier virtuel

Et c'est pas fini !
**********
Groupe : Bricoleurs
Messages : 5 485


Yep, continue, c'est chouette de suivre ton périple. J'attends avec impatience l'épisode où tu arrives au volcan et où tu descends à D'ni par la faille. (IMG:style_emoticons/MystAventure/yes.gif)

Ces habitations des Anasazis* sont vraiment fascinantes, lovées dans leur falaises depuis des siècles...



*mon correcteur orthographique ne connaît pas ce mot et me propose "antinazis" à la place. (IMG:style_emoticons/MystAventure/spamafote.gif)
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Gandalf le OUF
* 15/10/2015, 03:21
Message #42
Dieu Vivant du N'importe Nawak ! Docteur Cyclopède en intérim

Clavier refroidi à l'azote liquide
******
Groupe : Membres Confirmés
Messages : 3 185


Jour 7 :

Aujourd'hui c'est relâche. Journée shopping à Durango.

C'est une petite ville sympa dans le Colorado.

Typiquement américaine avec sa Main Street aux multiples commerces, le quartier historique encore plus commercial mais très typé, les commerces au rez-de-chaussée et au-dessus des bureaux comme dans les films avec les détectives ou les avocats, vous voyez le genre, et puis ses quartiers résidentiels avec ce genre de maison où on voyait le gamin passer en vélo et jeter le journal au loin.

Je crois que ce genre de distribution existe toujours car en passant devant les bureaux du Durango Herald j'ai vu des vélos qui devaient servir à ça.

De Durango part un antique train à vapeur qui vous emmène vers les hauteurs.
J'ai renoncé, le prix de la place allant de 95 à 200 dollars. J'aime bien faire des trucs mais tout de même, je ne les ponds pas.

Par contre j'ai visité le musée qui est sympa.

Encore un truc étonnant ici, tous les musées que j'ai visités sont gratuits. Et comme toujours il y a une boîte avec indiqué que les dons seront grandement appréciés.
Du coup tu laisses ton petit billet sans remords.

Donc shopping en vue; ça ne me coûtera sûrement pas moins de pognon mais au moins j'aurai quelque chose en main. Mouarf !
Pour le shopping, inutile de dire qu'on trouve tout ce qu'on veut, fringues, alcools, gadgets, armes, etc.

J'ai passé un moment à la terrasse d'un coffee shop à observer le monde qui m'entourait.

Bus scolaires, trucks, pickups, bécanes, bagnoles de fous, bagnoles de police avec énorme pare-buffle à l'avant, plus quelques engins étranges comme cette bicyclette sur laquelle le cycliste est plus allongé qu'assis, avec un guidon ape, une fourche de bécane custom et à l'arrière un mini moteur genre Solex pour aider au pédalage, le spectacle est permanent.

Je suis entré entre autres dans un candy-shop. A côté les magasins de bonbons chez nous sont minables, pas tant par la taille que par le choix proposé. Juste invraisemblable. J'ai résisté.

Bon, j'ai tout de même fait quelques achats et ma carte de crédit a pris un petit coup dans l'aile mais au diable les varices comme disait mon orthopédiste.

Petit tour à la concession HD du coin. Les prix sont quasi les mêmes que chez nous, y a pas de miracle.

J'ai aussi croisé des gars qui à mon avis jouent au foot US dans une équipe du coin.
À côté notre Dédé est anorexique. (Un pote considéré comme 'balaise' de ce côté de l'atlantique)
Ces types sont des monstres.

Ils te filent une baffe et tu passes du Colorado à l'Arizona sans toucher le sol.
J'adore de plus en plus ce sport et les matchs sont d'une intensité incroyable.

J'aime le foot et j'ai apprécié de découvrir le rugby à 7 grâce au gamin de Dédé mais ça c'est vraiment autre chose. Woaw !!!

Le temps est magnifique et comme nous sommes tout de même dans une station de ski, il fait suffisamment frais que pour ne pas être incommodé par la chaleur.

Ici tout les bikers, sauf les touristes, roulent relax.
J'ai donc sacrifié avec grand plaisir aux coutumes locales en roulant en short, basket, t-shirt et casquette sur la tête.
Ca aussi c'est un pur plaisir !!!

Là je me suis arrêté dans un bar "Welcome Bikers" pour siroter une Bud en vous racontant tout ça. La déco est faite à partir de poignées de pompes à bière.
Original, voire photo ci-dessous.

Grâce au copieux petit déjeuner j'ai sauté le repas de midi sans problème.

Ce soir je retourne au bar-resto d'en face et je me tape une pizza maison.

Ce sera tout pour aujourd'hui.


Image attachée
Intérieur d'une loco.
"Tourne la manette Joe"
"Euh... laquelle ?"
"La rouge Joe, la rouge"
"P... de b... de m... !"

Image attachée

Image attachée
Intérieur pour les gens zézés !

Image attachée
Intérieur pour les grattes-culs ou sans-dents.

Image attachée
Eliot Ness est parmi nous !

Image attachée
Elles avaient tout de même une classe folle ces caisses !

Image attachée
Ils ont un peu changé les camions de pompiers !

Image attachée
Je déteste la chasse et les chasseurs mais ça, ça m'a quand même fait marrer !

Image attachée
Le plus vieil hôtel de la ville.

Image attachée
Comme je disais, les immeubles avec commerces au rez et bureaux au 1er. On s'attend à trouver le bureau de Philip Marlowe.

Image attachée
Et les célèbres escaliers anti-incendie.

Image attachée
Faut dire que le skate là-bas c'est un vrai moyen de locomotion.

Image attachée
A boire pour les toutous. Bon, ok, ça se fait aussi chez nous ...

Image attachée
Mais à manger, avouez que c'est nettement plus rare !!!

Image attachée
Un petit chewin-gum ?

Image attachée
Mon bar du jour.

Image attachée
Déco originale !
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Volyova
* 15/10/2015, 04:17
Message #43
Aldebarans narcophilae

Et c'est pas fini !
**********
Groupe : Bricoleurs
Messages : 6 762


Trop bien ce voyage par procuration (IMG:style_emoticons/MystAventure/applaudir.gif)
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Gandalf le OUF
* 15/10/2015, 14:01
Message #44
Dieu Vivant du N'importe Nawak ! Docteur Cyclopède en intérim

Clavier refroidi à l'azote liquide
******
Groupe : Membres Confirmés
Messages : 3 185


Jour 8 :

Avant de parler de cette journée commençons par finir celle d'hier.

Pour le soir j'avais donc décidé de retourner manger au même resto-bar que la veille et d'y commander une pizza.
Que je vous explique : au fond du bar se trouve une ancienne caravane transformée en cuisine et il faut se présenter à la fenêtre pour faire sa commande.
Vous payez, vous donnez votre prénom pour qu'on vous retrouve et vous allez vous asseoir.
Je vais donc à la fenêtre et je fais mon choix de pizza.

La jeune fille de service me demande si je veux une pizza 12 inchs ou une 16 inchs.
Comme je ne sais pas vraiment quoi répondre elle me demande si j'ai fort faim.
Je veux que j'ai faim, j'ai rien mangé à midi et j'ai l'estomac dans les talons.
Ok me dit elle, alors prenez une 16 inchs.
Ok, ça roule.

Je vais m'asseoir et je potasse un peu ma route du lendemain.
Au bout d'un moment un gars se dirige vers moi avec un plateau et une énorme pizza.
Devant mon air sceptique il me demande si je suis bien Paul et comme je réponds par l'affirmative il dépose la pizza devant moi et me souhaite bon appétit.

Oh my god !!!

Cette pizza avait la taille d'une des jantes de ma bécane.

Mais comment font les gens ici pour s'enfiler un truc comme ça ?
Parce qu'en plus elle est garnie de façon copieuse.

Même ceux qui ont le plus gros appétit parmi nous n'arriveraient pas à la fin.
Avec une pizza comme celle là Patsi tient une semaine.

J'en ai avalé la moitié par pure gourmandise parce qu'elle était vraiment excellente. Sans doute une des meilleures que j'ai jamais mangé mais à la moitié j'ai calé.
Suis reparti avec un carton et mon autre moitié mais ce matin je l'ai mise à la poubelle.

Je ne me voyais pas me trimbaler avec ma pizza pendant la journée.
J'ai regardé s'il n'y avait pas un sdf qui trainait par là pour la lui filer mais dans ce quartier ils ne traînent pas. Dommage.

Oui, ils ont des sdf aussi.

Bon dodo et ce matin, tôt levé et petit déjeuner consistant.
Aujourd'hui j'ai une de mes plus grosses étapes, +- 500 bornes et pas que d'autoroute.
Il fait frisquet voire même franchement frais et j'ai mis une petite laine pour protéger mon torse de vaillant guerrier de la route.

Durango est à 2000m d'altitude et je pars vers Silverton qui est à 2800m.
Ici l'automne montre le bout de son nez et le matin ça caille.

La route s'élance dans les Rocky Moutains et ça monte bien.
Je passe certainement les 3000m d'altitude puisque ensuite je redescends vers Silverton même.
On se croirait dans les Alpes sauf qu'ici tous les sommets sont arrondis, comme usés.

La forêt qui borde la route des 2 côtés est parée de toutes les couleurs vertes, jaunes, oranges et rouges propres à l'automne par ici.
Ajouter à cela un petit vent qui fait voler de magnifiques feuilles jaunes au travers de la route et vous aurez une idée du trajet somptueux que je fais dans les montagnes.

En arrivant à Silverton une erreur d'aiguillage m'oblige à faire un demi tour sur un truc en pente plein de graviers.
Je vais pour reprendre ma route lorsqu'un camion déboule sur ma gauche.
Vu le genre de camion par ici tu ne discutes pas et tu t'arrêtes, sauf que là je suis en dévers et sur du gravier... et ça ne rate pas, la bécane se couche.

P.... de b.... de m... !!!

Bon j'étais à l'arrêt donc je sais déjà qu'il n'y aura aucun dégât mais je jure tout de même un bon coup, d'autant que la moto n'est pas à l'horizontale mais en pente, le guidon vers le bas.

Avant même d'essayer je sais déjà que je n'arriverai pas à la redresser seul.

J'ai à peine le temps de me dégager qu'un américain d'une cinquantaine d'année arrête sa jeep à côté de moi et me dit avec un sourire 25 carats : Bad place to stop !
Tu l'as dis bouffi.

Ni une ni deux en 15 secondes chrono la moto est sur sa béquille.
Thanks for your help sir !

Bon, je lui dis que je crois que j'ai besoin d'un bon café et toujours avec son grand sourire il m'indique un coffee shop à Silverton, ou alors au bled suivant, Ouray qui, me dit-il, est un coin de Suisse en Amérique.
« Very nice place !!! ».

Comme j'avais décidé de m'arrêter à Silverton je ne change pas mes plans.

Si vous avez un minimum de bases en anglais vous aurez compris que Silverton est une déclinaison de Silver Town, et donc comme c'est une bourgade minière qu'est ce qu'on y trouve ?
Voilà !

Très sympa, avec de vieilles maisons aux façades peintes et plein de commerces du métal en question.
Emplette et hop je reprends la route.
Accessoirement c'est le bled où arrive le train à vapeur que je n'ai pas pris la veille.

Départ pour Ouray en empruntant la Million Dollar Highway.
Il y a plusieurs routes pour aller de Durango à Moab mon point de chute, mais on m'avait conseillé celle-là pour sa beauté.
On ne m'a pas menti.

Ce second tronçon est absolument magnifique et s'enfonce profondément dans les Rocheuses.
La route est en bon état et large mais elle a cette particularité de longer d'impressionnants ravins sans qu'il n'y ai le moindre garde-fou ou rail de sécurité. Pour nous habitués à ce genre de trucs c'est un peu déstabilisant.
Pas vraiment dangereux mais étrange.
De toute façon tu ne risques pas grand chose, la vitesse étant strictement limitée à 25 voire même 15 milles/h et les américains respectant scrupuleusement ces limitations, pour se vautrer faut vraiment le vouloir.

Sur le trajet, des travaux.

Pourquoi nous raconte t'il ça vous demandez vous, on s'en fout qu'il y ait des travaux.

Juste pour deux trucs : Primo ici pas de feu réglant la circulation dans un sens ou dans l'autre comme chez nous, mais 2 gars, un à chaque bout du chantier, qui règlent la circulation avec un grand bâton au sommet duquel il y a un panneau à 2 faces.
Un côté avec Stop, l'autre avec Slow. Et les mecs communiquent par talkie-walkie.
À chaque chantier routier tu vois ça avec 2 mecs qui passent leur journée à faire ça.

L'autre truc pour lequel je vous parle de ces travaux c'est qu'il est courant de voir des femmes travailler aussi dur que les hommes sur ces chantiers.
Ce n'est pas chez nous qu'on verrait ça.
Moi j'applaudis à 2 mains... D'autant qu'applaudir à une main est extrêmement difficile.

Bref j'arrive à Ouray.

Ok, mon gars de tout à l'heure n'a jamais mis les pieds en Suisse c'est une certitude.
En dehors du fait que nous soyons dans un paysage montagneux et que les maisons ont vaguement , mais très vaguement, un air de chalets ça s'arrête là.
Pour autant la bourgade est effectivement très jolie et inviterait au repos si j'avais le temps.

Ah oui, ce qui est très Suisse partout où je passe c'est la propreté et l'entretien des lieux.
Allez, ne mégotons pas, ok, on est dans la Suisse américaine.

Sortant des Rocheuses que j'aurai donc traversé de part en part j'arrive sur une sorte de plateau extrêmement fertile puisqu'il est occupé par d'immenses cultures de toutes sortes et surtout évidemment de maïs.
Une occasion de voir les fameux tracteurs jaune et vert de John Deer.
Quelques magnifiques ranchs aussi.

La configuration des bourgades américaines fait qu'au sortir de la ville, perpendiculairement à la route principale partent des routes secondaires qui mènent à des lieux de résidence de plusieurs bâtisses.
Du coup, pour faciliter le boulot du facteur, à l'entrée de ces routes se trouvent des séries de boîtes aux lettres.
Vous savez, ces boîtes typiques avec le petit drapeau qui se lève lorsqu'il y a du courrier dedans.

J'imagine que de loin les habitants surveillent leur boîte à la jumelle pour savoir s'il y a du courrier.
- Il y a du courrier chou ? J'attends un paquet des 3 Suisses.
- Attends, je prends la longue vue et je te dis ça tout de suite. Ah oui, le drapeau est levé. Bon je vais le chercher je reviens d'ici 30 minutes.
Faudra que je pense à m'arrêter pour vous photographier ça.

Nouveau décor, je rentre dans une zone beaucoup plus aride en me dirigeant vers Grand Jonction, Colorado.
C'est incroyable la vitesse à laquelle le paysage change dans ce pays.

Un peu avant d'arriver à Grand Jonction je passe devant un énorme magasin de boots et chapeaux cowboy. Ils soldent tout à 50% pour cause de fin d'activité.
Je pile et je rentre dans le parking.
Ok, ça c'est un putain de magasin de boots !!!
Vous verrez les photos en bas. J'ai photographié 2 rayons et il y en a 15 comme ça.
L'autre coté du magasin est consacré aux Stetson, ceintures et autres accessoires en cuir.
Bon, j'ai craqué pour des boots.
J'aurais bien pris un Stetson aussi mais franchement je me demande où je l'aurais mis.
En plus ici c'est courant mais chez nous t'as tout de même l'air d'un pingouin avec ça sur la tête.

Arrêt à Grand Jonction vers 15h pour avaler une sorte de croque-monsieur et discuter le bout de gras par Messenger avec ma femme.

Je fais le plein.
Important de faire le plein régulièrement aux states et bien avant d'être à sec car tu ne sais jamais quand tu verras une autre pompe.

Très bonne idée, la ville suivante est à 150 km et je ne verrai pas une seule pompe entre les deux.
Ici c'est pas comme chez nous, il n'y a des pompes qu'aux abords des villes ou bourgades, pour le reste va te faire voir.

Allez hop, j'enquille la Highway 70 et me voilà parti pour 150 km de désert absolu.
Encore un changement de décor.

Les Highways sont les autoroutes américaines.
Vitesse limite 75 ou 80 milles à l'heure maxi.
2x2 bandes mais séparées par un terre plein central sur lequel dans sa portion la plus étroite tu peux mettre un terrain de tennis en longueur et dans la plus large, facile un terrain de foot.
Et ceci sans raison vraiment apparente. Ils s'en foutent ils ont toute la place qu'ils veulent.

Si je ne dois retenir qu'un truc de ce voyage ce sont certainement ces immensités désertiques …

et aussi la gentillesse des américains, leurs véhicules en tous genres, la majesté de certains lieux, les portions invraisemblables de bouffe et l'américain way of life.

Oui je sais ça fait plus d'un truc, et alors ?

C'est moi qui raconte oui ou merde ?

Bon.

Donc c'est le désert mais pas comme au Sahara, ici le sol est recouvert d'une végétation, rabougrie certe, mais bien présente.
Il fait une chaleur infernale et tu n'oses même pas imaginer ce qui t'arriverait si tu tombais en panne d'essence.
Pour pisser tu te mets le dos au soleil de peur de voir ta bite transformée en merguez le temps que tu te soulages.
Heureusement tu transpires tellement que t'as plus rien à pisser.
La moto a aussi chaud que moi et j'ai les mollets qui cuisent.

En plus depuis ce matin j'ai un point douloureux dans le dos.
C'est simplement musculaire et pas bien grave mais ça me fait tout de même iech.
Bref je serai content d'arriver.

A l'approche de Moab nouveau changement de décor.
Je reviens vers le grand canyon et les immenses falaises rouges vifs. Je passe devant d'énormes rochers gris qui ressemblent à s'y méprendre à de la peau d'éléphant.
On dirait vraiment qu'on a enterré là d'immenses éléphants dont seul le dos dépasserait. Marrant.

Allez, me voici enfin à Moab et j'ai bien mérité un petit tour de piscine puis de jacuzzi.

Si, si, il y a ça dans ce motel aussi.

Une bonne petite bouffe en ville, avec un Jack Daniel's-Coca de derrière les fagots, quelques achats et me voici devant le bureau de ma chambre à vous raconter ma journée.

Demain visite de Canyonland National Park.

A plus les potes et potines.


Image attachée Silverton et ses facades colorées

Image attachée

Image attachée Un vieux bâtiment avec le Coffee Shop où je me suis remis de mes émotions.

Image attachée Les rangées de boites aux lettres.

Image attachée Un putain de magasin de boots !!!

Image attachée Un second rayon, il y en a 15, rien que des boots !

Image attachée La partie STETSON.

Image attachée J'ai donc craqué pour ça ! Le tiers du prix chez nous.

Image attachée Une vue des rocheuses. C'est les alpes en plus arrondi.

Image attachée Ma chambrette. Cosy !

Image attachée Le bureau temporaire de la rédaction de ce compte-rendu fantastique ! Si, si !!!

Image attachée Le repos du guerrier, parce que bon, faut pas déconner non plus !
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Scribe
* 15/10/2015, 16:55
Message #45
Noircisseur de papier virtuel

Et c'est pas fini !
**********
Groupe : Bricoleurs
Messages : 5 485


CITATION(Gandalf le OUF @ 15/10/2015, 14:01) *
J'imagine que de loin les habitants surveillent leur boîte à la jumelle pour savoir s'il y a du courrier.
- Il y a du courrier chou ? J'attends un paquet des 3 Suisses.
- Attends, je prends la longue vue et je te dis ça tout de suite. Ah oui, le drapeau est levé. Bon je vais le chercher je reviens d'ici 30 minutes.
(IMG:style_emoticons/MystAventure/laugh2.gif)

T'as craqué pour les bottes mais pas le chapeau ? Quitte à avoir le look cow-boy tu aurais pu pousser le vice jusqu'au bout quand même. (IMG:style_emoticons/MystAventure/biggrin.gif) Bon, c'est vrai, un chapeau c'est chiant à trimbaler et sur une moto c'est ptet pas l'idéal...


Question pratique d'ailleurs, tu étais équipé comment niveau bardas ? Tu pouvais transporter combien de kilos sur ton bolide ?
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post

6 Pages V < 1 2 3 4 5 > » 
Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



- Version bas débit Nous sommes le : 18/08/2019 - 16:02