IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

6 Pages V « < 4 5 6  
Reply to this topicStart new topic
> A land far far far away !
Gandalf le OUF
* 6/11/2015, 17:51
Message #76
Dieu Vivant du N'importe Nawak ! Docteur Cyclopède en intérim

Clavier refroidi à l'azote liquide
******
Groupe : Membres Confirmés
Messages : 3 203


Jour 18 :

Avant dernier jour de mon périple, essentiellement consacré à parcourir la 66 et à y découvrir l'un ou l'autre lieu.
Les gars et les gâteuses la route 66 se joue de vous comme une vierge effarouchée et pourtant ce n'est pas peu dire que du monde lui est passé dessus.

Que veux-je dire par là ?

Oui au fait, pourquoi je vous raconte ça moi ?

Ah oui, je sais, parce la route 66 n'est plus une route officielle (comme je vous l'ai déjà dit et comme vous devriez vous en souvenir si vous faisiez un minimum attention) et que du coup votre gps essaie absolument de vous la faire quitter pour aller rejoindre cette bon dieu de 40 qui la remplace.
Je vous jure que c'est vraiment un jeu de cache-cache par moment.

Bref me voici sur cette Mother Road.

Pourquoi Mother Road d'ailleurs ?
On se le demande, et comme demander c'est recevoir voici l'explication :
La route 66 a été la première route goudronnée à traverser les Etats-Unis.
C'est ce qui en fait une route mythique et historique mais elle n'avait pas été baptisée Mother Road, c'est John Steinbeck dans son film " Les raisins de la colère " si je me souviens bien qui lui a donné ce nom qui est resté.
Vous pouvez ranger vos porte-plumes et vos cahiers.

Donc Mother Road il y a, Mother Road je parcours.

Par ici elle est en relativement bon état d'autant que si elle n'existe plus (Vous suivez où il faut que je réexplique ?) elle mène tout de même à l'une ou l'autre localité qui elles existent bien dont Oatman ma première étape.

Oatman c'est une ancienne ville minière, une de plus, qui a conservé tout son cachet et qui a surtout la particularité de laisser vivre des ânes en totale liberté.
Il y en partout, ils sont fort sympa surtout si vous dépensez un dollar pour leur acheter de la bouffe et c'est vraiment une attraction.
Les baraques datent du far-west et ne se privent pas de le montrer. Une chouette étape.

Étape suivante sur la 66, Kingman et son fameux Diner des années 50-60.
Je commande une salade et on m'apporte un saladier. Décidément ces ricains ne savent rien faire dans la retenue.

En route pour Hackberry et surtout son Hackberry General Store, magasin improbable datant des heures de gloires de la 66 avec son parking et ses vieilles guimbardes, ses pompes antédiluviennes et sa déco d'époque.
Un bon de 50 ans en arrière. Génial.
Allez, soyons fous, je me paye un t-shirt longues manches de la 66 et, au diable l'avarice, une boîte de pastilles de menthe.
Si, toute une !! Je suis fou je sais !

Arrêt suivant à Seligman.
Encore une ville typée "Road 66".
J'y fais surtout un arrêt au Snow Cap, sorte d'établissement bizarroïde dont les spécialités sont les glaces et les milkshakes.

Dehors une terrasse couverte avec des tables mais aussi d'anciens sièges de cinéma face à la route.
Derrière une sorte de musée de la vieille bagnole dont tous les éléments sont décorés comme dans le dessin animé Cars et l'intérieur, que dire de l'intérieur ...

C'est une sorte de couloir tapissé de mots et billets laissés par les touristes depuis des décennies.
Au milieu du couloir un guichet où le patron vous attend pour prendre votre commande, puis vous continuez le couloir pour essayer de sortir, j'y viens.

Le patron est connu pour ses plaisanteries de derrière le comptoir c'est le cas de le dire.
Exemple si vous faite demi-tour pour sortir il y a bien une poignée de porte mais elle ne sert à rien, elle tourne fou. Je me suis marré deux bonnes minutes à regarder une teutonne s'escrimer avec la porte avant de lui dire qu'il fallait sortir par l'autre côté.
Est-ce gagné pour autant ? Non, l'autre porte à DEUX poignées et évidemment le mot PUSH est du côté des charnières.
Remarade aux dépens de ma teutonne.

Moi j'ai eu droit au faux jet de moutarde sur mon t-shirt et lorsqu'il m'a servi mon Milkshake à de la vraie paille au lieu d'une paille ordinaire.
Ceci dit la paille tu peux de toute façon te la carrer, j'avais pris un milkshake aux ananas et je peux vous dire que les vrais morceaux d'ananas qu'il y met ne passent pas par la paille.

Je suis sorti avec mon milkshake et je me suis assis dans un des fauteuils de cinéma en bord de route pour le savourer et profiter du spectacle environnant.
Il passe sur cette route et à cet établissement une chiée de motards.
Je suis resté là au minimum une demi-heure et j'aurais pu rester 5 heures tellement j'étais bien.
Un truc comme ça chez nous et je pourrais y passer mes après-midi.

A la sortie de Seligman notre Mother Road nous joue encore un des ses tours.
Alors que tous les autres motards s'élancent et vont tout droit je remarque un petit panneau qui indique que la 66 c'est à droite même si ça n'en a pas l'air.
Je laisse tous ces trouffions filer et je me retape un bon petit bout de 66.

A l'approche de Williams la 66 disparaît pour de bon sous la 40.
Y a pas je dois emprunter celle-ci.
Elle réapparaît dans Williams même pour devenir une rue annexe dédiée au shopping.
C'est là que se trouve mon motel et une douche bienvenue.

Mon dos va mieux, je vous remercie de vous en préoccuper.
Je ressemble toujours à une vieille chambre à air mais maintenant avec des rustines partout.

Quelques images encore qui me reviennent de ce voyage :
Les tourbillons de poussière dans le désert. Quand vous en prenez un dans la figure comme ça m'est arrivé dans la Vallée de la Mort je vous jure que vous connaissez votre douleur. Ce putain de sable tourbillonnant dans la figure c'est quelque chose.

Les motards trop motards, équipés de la tête aux pieds de la tenue de moto bien épaisse, le gilet jaune fluo et le casque intégral. Non mais je vous jure ...

Pour ma part aujourd'hui j'ai sacrifié au plaisir en roulant toute la journée en t-shirt.
Quelle impression de liberté extraordinaire. Pas prudent mais génial. Je rassure ma petite femme j'ai gardé mon casque. D'ailleurs je ne sais pas où je l'aurais foutu.

Leur système de pompes à essence où tu vas d'abord déposer une sorte de caution, 10, 20 dollars selon tes besoins, puis tu viens à la pompe, tu presses sur le bouton du carburant qu'il te faut ( de la 91 pour les HD) tu remplis et tu vas rechercher le reste de ta caution si il y a reste.

D'autres me viennent en tête lorsque je roule et je me dis, tiens il faut que je leur raconte ça, et puis j'oublie, mais ça me reviendra et au pire je vous les raconterai de vive voix.

Ce soir c'est western steak. Incroyable ils proposaient une petite portion !!!
Effectivement j'ai reçu un steak considéré comme normal chez nous. Salade et haricots.
Me suis tout de même offert l'apéro maison.

Demain dernier run. Je vous parlerai un peu de la moto.

A plus les loustics.


Image attachée
Oatman ou Donkey town

Image attachée
Trop mimi lui !

Image attachée

Image attachée

Image attachée

Image attachée
Kingman et son célèbre Diner's des années 60.

Image attachée
Sol à carreaux et sièges en moleskine.

Image attachée
Rien que la présentation du menu est top !

Image attachée
Quand tu veux prendre une 'petite' salade.

Image attachée
Hackberry General Store, un survivant de l'épopée 66.

Image attachée

Image attachée

Image attachée

Image attachée
Regardez bien le 'poussoir' de porte. Seul truc en français des environs et avec un mot dont bien des jeunes francophone d'aujourd'hui doivent ignorer le sens. Qu'est ce que ça fout là ? ^^

Image attachée
Seligman et ses boutiques Road 66

Image attachée

Image attachée

Image attachée

Image attachée

Image attachée
La terrasse à Milk-shake où je serais encore si des impératifs bassement matériels ne m'avaient pas contraint à un retour en Europe !
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Gandalf le OUF
* 7/11/2015, 20:02
Message #77
Dieu Vivant du N'importe Nawak ! Docteur Cyclopède en intérim

Clavier refroidi à l'azote liquide
******
Groupe : Membres Confirmés
Messages : 3 203


Jour 19 :

Dernier jour sur le sol des Etats-Unis.
Enfin pas tout à fait puisque je passerai une partie de la journée de demain dans l'aéroport JFK de NY.

Je me suis levé ce matin avec un curieux mélange de sentiments, la tristesse que ce soit fini ou presque et évidemment l'immense joie de revoir les miens.
Mes potes aussi, bikers et autres.

Direction Winslow mais un peu avant un ultime détour pour visiter Meteor Crater.
La région est plate de chez plate et le seul relief qui se dessine à un moment ce sont les rebords de ce fameux cratère.
L'entrée est de 16 dollars ce qui est relativement cher et sans aucun doute le truc le plus cher que j'ai visité. Quand je pense à Mesa Verde où l'entrée n'était que de 5 dollars pour une zone 20 fois plus grande le contraste est saisissant.
Est-ce que ça les vaut, chacun jugera mais c'est mon dernier truc et j'y vais.

Le trou fait par ce météorite est pour le moins conséquent.
Il doit faire plusieurs centaines de mètres de diamètre et est profond d'au moins 100 à 150 m.
Fallait pas être dans les environs quand il est tombé.
Bon, c'était il y a 50.000 ans mais tout de même, ça te crée une piscine olympique en 5 secondes un truc pareil.
Quelques photos et je reprends la route de Winslow même.

Encore une ville qui est née de l'épopée de la 66.
Elle contient d'ailleurs ce qui doit être le plus grand sigle Road 66 peint au sol de tout les Etats-Unis, c'est simple il prend tout un carrefour.
Si vous n'aviez pas encore de souvenirs estampillés Route 66 c'est le moment et ça ne manque pas.
Foison de boutiques du genre dans les environs immédiat dudit carrefour.

Autre curiosité un vieil hôtel érigé à l'époque de la construction de la ligne de chemin de fer de Santa Fe.
A l'intérieur il est juste somptueux, tout en boiseries amoureusement entretenues par les propriétaires. C'est toujours un hôtel en fonction et il contient en outre le meilleur restaurant de la ville.
J'irai y manger en couple quand je reviendrai.

Un break Caesar Salad dans un petit resto du coin et je reprends la route une fois de plus.

Durant les miles qui me conduisent lentement vers Payson, ville dédiée au rodéo, je repense une fois encore à ces images que j'emporterai avec moi :
J'y reviens une fois encore mais la solidarité naturelle des américains est vraiment quelque chose que nous ne connaissons plus.
Pour l'exemple : Avant hier, dans le désert de Mojave, je m'arrête sur une route déserte pour photographier je ne sais plus quoi.
Ma moto est donc sur le bord de la route, mon casque sur le guidon et je suis à quelques mètres le dos tourné à la moto.
A un moment j'entends un bruit de gros moteur qui ralentit derrière moi.
Je me retourne et c'est un pickup qui freine pratiquement jusqu'à l'arrêt et dont le chauffeur me demande par signe, pouce levé, si tout est ok.
Ok on est dans le désert et j'imagine un peu que c'est comme en mer, on ne laisse personne en perdition dans ces contrées mais tout de même je me demande combien de temps il faudrait attendre chez nous pour voir un tel geste de solidarité.

Comme je l'avais promis, parlons un peu de la moto.
Elle aura été d'une fidélité totale et j'ai un peu honte de la rendre aussi crasseuse.
Xavier ne regarde pas la photo ou tu vas nous faire un truc !!!
C'est le genre d'engin qu'il faut pour faire ce genre de trip.

Ici c'est le royaume des Routers, pas celui des Sporsters et leur bidon Peanuts.
Quand tu sais que parfois il y a 150 miles entre 2 pompes tu comprends l'importance d'un gros réservoir.

Extrêmement maniable en route je dois dire que je la trouve un peu lourde dans toutes les manœuvres au ralenti et la hantise de la moto qui se couche ne m'a plus quitté depuis ma dernière expérience.

Pour le reste 2 trucs m'ont étonné sur cette moto : la lenteur de l'ordinateur de bord a se mettre en route et tout spécialement le gps qui met largement plus d'une minute pour vous offrir ses services et aussi le fait qu'il n'y a pas de sécurité béquille.
Si tu passes ta 1ère sans ôter la béquille il ne se passe rien et tu démarres comme ça. Ça m'est arrivé une fois, ça saisi !

Une ou deux fois sur une de ces fameuses lignes droites interminables je me suis laissé aller à lâcher tous ses chevaux.
C'est une bombe et je me suis pris pour la comète de Harley.
Vous aurez remarqué l'élégance de ce jeu de mots subtil pour lequel j ai déposé un copyright.

Ce soir elle et moi nous aurons fait ensemble exactement 4000 miles soit plus de 6400 km et ce fut un ravissement de tous les instants.
Je te quitterai avec regret ma belle.

Parlons route encore, pour signaler que sur une telle distance j'ai évidemment rencontré pas mal de chantiers, ici comme partout les routes se dégradent mais je n'ai pas vu UN SEUL chantier où les panneaux commencent 5 km avant et terminent 3 km après.
Ici la règle c'est de ne pas faire chier les utilisateurs de la route donc ces chantiers sont aussi courts que possibles et est-il utile de le dire, je n'ai pas vu non plus UN SEUL chantier qui ne soit pas en activité. Quand on ouvre un chantier le boulot doit être fait vite et bien. On n'ouvre pas 50 chantiers pour ne travailler que sur un seul.
Si nos entrepreneurs pouvaient en prendre de la graine ...

Je ne sais plus si j'en ai parlé mais le service à table est spécial aussi.
Avant même de vous asseoir, et pendant que vous attendez à l'entrée qu'on vienne vous chercher pour vous placer, vous avez intérêt à réfléchir à ce que vous voulez boire car ce sera la première question de la serveuse avant même que vos fesses ne touche le siège.
Ensuite tout va très vite.
Un américain estime qu'il faut 40 minutes pour faire un repas, donc lorsqu'elle vous apporte votre verre la serveuse s'attend à avoir votre commande.
Une fois cela fait, ne traînez pas si vous avez pris un apéritif car dès que votre plat est prêt on vous l'amène, apéritif bu ou pas.
Donc vous le finissez régulièrement avec votre repas.

Ca ne gène personne et tant que vous ne commandez rien d'autre à boire on vous fout une paix royale.
Par contre toutes les 5 minutes, avec un grand sourire elle viendra voir si tout se passe bien.
Le plat expédié elle vient voir une dernière fois si vous voulez quelque chose, dans le doute elle a déjà votre addition en main.
Si vous prenez un café elle repart avec pour la corriger, sinon elle la pose sur la table.

N'oubliez pas de compter de 15 à 20% de service en plus, c'est pratiquement son seul salaire et c'est évidemment pour le mériter qu'elle a été aux petits oignons pour vous durant tout votre repas.

Je pourrais vous parler des Hummers qu'on croise régulièrement, pas le H2 ou le H3 qu'on voit parfois chez nous, non, non, le H1, le même que ceux de l'armée disponible ici pour le particulier qui ne s'en prive pas.

Je pourrais vous parler des Mustangs, tous modèles qui circulent par ici. Ça reste tout de même une voiture de légende.

Je vous l'ai dit on mange très bien aux USA à condition d'éviter tout ce qui est Burgers-King ou autres Tacos-choses dont les publicités envahissent les écrans.
C'est incroyable mais les publicités pour ces cochonneries sont omniprésentes à la télé. Pas étonnant qu'ils aient de gros problèmes avec l'obésité par ici.
Mais un vrai hamburger dans un vrai restaurant est un délice.

Mais je papote, je papote, et j'en oublie de vous parler de ma route vers Payson.

Après quelques miles en zone désertique j'arrive dans la forêt de Coconino.
Déjà j'aime bien son nom.

Mais cette forêt est magnifique toute étalée qu'elle est sur des collines arrondies.
Je roule entre les épineux et les feuillus qui bordent les côtés et la température est extrêmement agréable.
La route étire langoureusement ces courbes généreuses entre monts et vallées et invite à une ballade sensuelle.
Ni besoin ni envie de vitesse, juste le désir de suivre sans autre intention que d'en jouir le dessin voluptueux qu'elle dessine pour vous.
Et quand il semble que ce soit fini elle vous prend par le cœur et vous dit " Viens, j'en ai encore."
C'est beau !
Ce que je viens d'écrire aussi d'ailleurs, putain de merde !!!
Pour un peu je me baiserais les mains.

Bref vous l'aurez compris cette route semble vouloir m'offrir comme un cadeau d'adieu ce dernier run somptueux.

Bikers, si vous n'avez pas roulé sur une route pareille durant autant de miles aux USA vous ne savez pas ce que c'est que de prendre son pied en bécane, je vous le dis tout net.
Quel final en apothéose !!!

Après un arrêt boisson à Payson je repars une toute dernière fois direction la concession de Phoenix.
Je dois rendre la moto à 17h30, j'y serai à 17h45 c'est vous dire si j'ai tiré sur la ficelle.
Je suis à mon motel après une bonne douche et un peu de remise en ordre de mes bagages.
Je vais essayer de dormir quelques heures, on vient me cueillir à 3h du matin pour me conduire à l'aéroport.



Jour 20, épilogue :

Ça y est cette fois le rêve est bien fini je viens de passer le premier contrôle à l'aéroport. Du coup je me suis fait piquer un vieux canif qui trainait dans le sac à dos.

Je ne savais même pas qu'il était là et le plus marrant est qu'il a passé les contrôles à l'aller.

Même tralala qu'à l'aller, passage en chaussettes, le pantalon en chute libre et délesté de tout élément vaguement métallique. Je ne vais pas vous refaire la narration de tout ça.

Me suis quand même fait faire une fouille au corps, les 15 centimètres de métal que j'ai dans le dos ayant juste un poil alerté leur machine.

Envol, dodo, film, atterrissage à NY.
M... il pleut. Retour à la réalité du nord quoi.

Bref c'est le moment, ayant quelques heures à passer dans les halls du JFK airport pour poser une conclusion à toute cette aventure.

Je rentre avec une masse de souvenirs comme aucun voyage ne m'en a jamais procuré, tout est tellement différent ici.
Je suis bien conscient que je n'ai visité qu'une petite partie des USA et que ce que je vous en ai raconté n'est pas forcément une généralité que l'on retrouverait partout et sans doute pas dans les grandes villes mais c'est l'expérience que j'ai eue là où j'étais.

J'ai essayé de vous faire participer à ce voyage en partageant avec vous des impressions, des sentiments, des informations, des anecdotes, quelques photos.

J'ai humblement essayé de rendre ça plaisant à lire en y insérant quelques notes d'humour et un peu de vie.
J'espère avoir réussi à apporter un peu de plaisir dans votre quotidien.

Malgré mon attention j'ai réalisé à la relecture que j'avais laissé passer quelques sérieuses coquilles, veuillez me le pardonner mais j'ai deux excuses, d'une part un correcteur orthographique automatique qui fait vraiment iech parfois et puis surtout une table qui bougeait.

Je vous remercie tous d'avoir accordé quelque attention à ma prose et aussi d'avoir bien voulu l'agrémenter de quelques commentaires.
Grâce à vous tous j'étais moins seul.

Sachez déjà qu'une souscription publique est lancée pour financer mon prochain voyage.
Amis lecteurs, à vos portefeuilles.

Sinon je vous donne rendez-vous pour ma prochaine aventure en mode "Survivor", la traversée de Schaerbeek, à pied, de nuit et avec un IPhone 6 neuf en main.

Salut à tous, je m'en vais retrouver les miens.

Paul, the lone traveller.
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Volyova
* 8/11/2015, 18:30
Message #78
Aldebarans narcophilae

Et c'est pas fini !
**********
Groupe : Bricoleurs
Messages : 6 771


Excellent ! Ça a été un plaisir de te suivre a posteriori dans ce road trip. (IMG:style_emoticons/MystAventure/inlove2.gif)
Merci beaucoup d'avoir pris le temps de copier tout ça ici, avec les photos et ton humour habituel.
(IMG:style_emoticons/MystAventure/respect.gif) (IMG:style_emoticons/MystAventure/respect.gif)

T'as plus qu'à ouvrir un Kickstarter pour financer ton prochain voyage dans les grandes plaines de l'Ouest (IMG:style_emoticons/MystAventure/biggrin.gif)
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Hinathéa
* 9/11/2015, 00:56
Message #79

Faudrait voir à se calmer

Groupe : Membres Confirmés
Messages : 494


Super, c'était vraiment intéressant, merci d'avoir partagé ce voyage avec nous. (IMG:style_emoticons/MystAventure/number-one-45.gif)
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post

6 Pages V « < 4 5 6
Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



- Version bas débit Nous sommes le : 26/01/2023 - 23:04