IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> Anna
persee1
* 13/08/2012, 17:10
Message #1

Tire au flanc !

Groupe : Membres
Messages : 35


le jeu Anna est sorti, disponible ici : zodiac-store.com

le jeu est en multilangue, dont le français, les textes en anglais, mais il y en a peu, la voix off en anglais sous-tirée français, menu et options en français.
les déplacements se font au clavier avec les touches ASWD, mais avec les touches directionnelles ça fonctionne aussi, on pivote avec la souris, bouton gauche pour prendre, utiliser, examiner, bouton droit enfoncé pour déplacer des objets, molette pour accéder a l'inventaire.
il y a aussi la touche H pour avoir de l'aide, la touche C pour s'accroupir, et Echap pour revenir au menu.

un petit jeu sympa ou il n'y a pas vraiment d'énigme à la Myst ou Rhem, mais pas toujours évident quand même, l'atmosphère est plus inquiètante qu'horrifique, on assiste a quelques phénomène paranormaux selon les actions effectuées.

alors si vous n'avez rien d'autre a vous mettre sous la dent (IMG:style_emoticons/MystAventure/wink3.gif)

une version boite est dispo ici, mais plus cher : http://www.justadventure.com/shop/244/anna
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Volyova
* 13/08/2012, 19:43
Message #2
Aldebarans narcophilae

Et c'est pas fini !
**********
Groupe : Bricoleurs
Messages : 6 762


Hello persee1,

je déplace ce sujet dans la section "Sorties".
Et moults mercis pour l'info (IMG:style_emoticons/MystAventure/wink3.gif)
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
persee1
* 18/08/2012, 15:56
Message #3

Tire au flanc !

Groupe : Membres
Messages : 35


Journal du personnage du jeu, la traduction a été faite avec google translation, elles n'est surement pas parfaite, mais on comprend mieux le sens de l'histoire.

CITATION
Je ne peux pas dormir. J'ai un mal de tête qui me fend le crâne. J'écris juste pour supporter l'inconfort. Les anesthésiques ont été inutiles jusqu'ici. Quelques moments de soulagement sont constamment suivis par les coups aiguisés d'agonie. Tandis que je suis dans le lit, je roule la tête essayant de trouver une position qui pourrait arrêter ou atténuer la douleur, mais c'est désespéré. Chaque fois que je ferme les yeux, il semble que je puisse entendre le bruissement du feuillage de arbres caressé par le vent, comme s'ils composaient une symphonie utilisant mes os endoloris. Je peux voir des images de cette scène. Le ciel et les montagnes.
Assez curieusement, ma vision est troublée, mais comme jusqu'ici je ne peux pas reconnaître l'endroit,j'ai le sentiment que je suis déjà venu ici. Cette migraine doit me jouer des tours. Je méprise les montagnes et je voudrais ne jamais être venu là. Quelques temps je suis venu aux montagnes,
Je ne suis pas resté plus d'un jour, ne suis jamais entré dans les bois, ni parti sur les sentiers de randonnée. Je dois me blottir la tête sur un oreiller. La douleur me fait défaillir.

La leçon d'aujourd'hui les a choqués.
Quand je leur ai dit comment il était commun pour un chevalier du Moyen Âge de violer une pauvre paysanne rencontrée par hasard seule dans les rues, certains d'entre eux m'ont regardé fixement. Les filles ont particulièrement semblé être consternées et dérangées, comme si je leur racontait une histoire factice. Mais il existe une vieille chanson, que d'habitude on ne trouve pas dans des livres d'histoire, qui a vanté cette pratique et a même glorifié le viol comme un privilège de chevalerie sur les femmes de classes subalternes. Dans la somme, les chevaliers d'une façon romanesque se sont mis à genoux devant des demoiselles et ont donné libre cours à de jeunes bergères.
Mais pis encore, quand je leur ai dit que dans dans certaines communautés alpines c'était même le moyen d'épouser une femme. Au-delà de n'importe quelle formalité, la femme violée devait nécessairement devenir la jeune mariée de son violeur.
La vie n'était pas facile à l'époque et il n'y avait pas beaucoup de temps pour la cour.
Un tel comportement peut sembler révoltant de nos jours, au regard de nos perspectives modernes. pourtant le plus terrifiant est la façon dont les gens ont effacé le souvenir de ces horreurs commises et comment ils ont tendance à volontairement les ignorer quand on les leur met devant les yeux.
Pour lutter avec le sentiment de dégoût causée par le sujet de ladite leçon , certains élèves ont même commencé à me donner le titre de "professeur pervers". Sil n'y avait pas eu le retour de violent maux de tête, je dois dire que j'aurais ri à un tel stupide pseudo!

Aujourd'hui, quelque chose de particulier s'est passé.
Alors que j'étais à la recherche de certaines choses, juste quelques souvenirs je suppose, au milieu d'un désordre de vieux cartons dans la cave, j'ai remarqué une boîte inconnue à demi-enterré parmi les autres. je viens souvent au sous-sol, mais je n'avais jamais remarqué celle-ci avant! Je n'ai même pas pu le reconnaître, par conséquent, je me suis empressé de voir ce qu'il y avait à l'intérieur. Ce n'était pas une tâche facile pour y arriver, j'ai dû déplacer plusieurs grosses boîtes pleines de trucs ethniques pour me frayer
un chemin (pourquoi est-ce que je garde toutes ces choses ?, mais j'ai finalement réussi à la sortir du tas. J'y ai trouvé des photos. Elles avaient été mises dans une enveloppe de fortune faite de feuilles de papier kraft lié avec de la ficelle. Une note complètement jaunie reposait sur le paquet, il y était écrit "Vallée d'Aoste". Ces photos ne peuvent pas être les miennes, je ne suis jamais allé dans ce lieu. En vérité, je ne suis jamais allé dans la région de la vallée d'Aoste ! Je ne sais pas pourquoi, mais la découverte de ces photos m'a rempli d'inquiétude.
Je les ai ramenées à la maison, mais je n'ai pas encore eu le courage de les regarder.
Je me suis réveillé plusieurs fois cette nuit. Chaque fois j'ai marché près de l'enveloppe contenant les photos, me convainquant que je l'ouvrirais. Je m'abstenais toujours de le faire. Les maux de tête sont revenus, plus fort que jamais, avec ces visions d'arbres. Dans les moments de douleur la plus intense, je crois que j'ai même entendu une voix, ou peut être bien était-ce des sifflements ?
Je ne peux pas dormir désormais. Pourquoi n'ai-je pas le courage de regarder ces photos ?

Aujourd'hui j'ai donné un cours épouvantable…
J'étais d'humeur sombre et mes étudiants y ont fait attention. Souvent j'ai baragouiné le charabia plutôt que l'enseignement.
J'en ai pris conscience, mais je n'ai pas pu obtenir une prise ferme sur moi. Mes pensées se mélangeaient dans ma bouche.
Je ne sais pas pourquoi, mais je ne peux pas arrêter de penser à ces photographies. Á chaque instant du jour. Ils disent que tout à coup j'ai commencé à fixer mon regard sur une des étudiantes.
Marco, mon assistant, m'a dit que j'était resté debout, gelé, comme ça pendant une minute entière restant silencieux. Il a dit que j'avais un regard absent (qu'est-ce que ça signifie ?. Heureusement je m'étais repris et avais continué à parler, comme si rien n'était arrivé. Je ne peux me rappeler de rien ! comme un black-out dans le courant de ma conscience.
J'ai rêvé d'elle. Comme si mon cerveau avait dissimulé ces moments, leur redonnant vie seulement dans mon sommeil. Je ne me suis pas seulement limité à la regarder : je me suis levé et ai serré mes mains autour de son cou, l'étranglant à mort (combien de temps cela a t'il duré ?)! Le reste de la classe riait grossièrement.
Assuré de l'avoir tuée, je l'ai jetée sur le plancher et me suis forcé de retourner au bureau du professeur, mais elle s'est levée et m'a embrassé! Cette chaleur… Je l'ai éprouvé auparavant. Ma tête martèle.
Je ne peux pas écrire désormais…

La Déesse Mère.
J'ai donné un cours sur ce sujet particulier aujourd'hui. Quand j'ai présenté le concept du "vesica piscis" ils ont tous éclatés de rire.
L'un d'eux a immédiatement indiqué qu'il ressemblait à un vagin. J'ai complété son observation disant qu'il n'a pas tout a fait tort et, qu'en fait, il symbolise la maternité en général et que chacun d'entre nous est originaire de là. J'ai aussi expliqué qu'au Moyen Âge, le vesica piscis, aussi appelé mandorla, a été utilisé pour encadrer les images saintes de Dieu ( Rires de nouveau… Ils ne se rendent pas toujours entièrement compte que les tentatives d'enlever la sexualité de la culture soit tout à fait un fléau récent.
Puis je leur ai parlé du trapèze, des trois spires emboîtées, des trois croissants de lune et d'autres symboles.
Ils ont semblé particulièrement intéressés. À la fin de la classe je leur ai remis des photocopies de l'Hymne à Isis et ai parlé du rôle des femmes dans les civilisations antiques. Souvent, des symboles considérablement différents englobent des concepts semblables. Sans le mal de tête, cela aurait été une leçon parfaite.

Hymne à Isia

Parce que je suis la première et la dernière
Je suis la vénérée et la méprisée
Je suis la prostituée et la sainte.
Je suis la jeune mariée et la vierge.
Je suis la mère et la fille,
Je suis les bras de ma mère,
Je suis la stérile, pourtant mes enfants sont nombreux,
Je suis l'épouse et la célibataire,
Je suis Elle qui donne naissance et Elle qui n'a jamais donné naissance,
Je suis la consolation pour les douleurs d'accouchement.
Je suis la jeune mariée et le marié(le garçon d'écurie),
Et c'était mon homme qui a élevé ma fertilité,
Je suis la mère de mon père,
Je suis la soeur de mon mari.
Et il est mon fils rejeté.
Respectez-moi toujours,
Comme je suis le Scandaleux et le Magnifique


Les photos, bon sang!
Je ne peux pas les regarder…

Je me suis simplement effondré. Je ne pouvais pas même entrer dans la salle de classe. Je me suis retrouvé sur le sol, ma tête entre mes mains et un essaim d'étudiants m'entourant et me demandant si je me sentais bien. Les voix ne sont devenues le bruit et ensuite rien. Je me suis réveillé à l'hôpital. Selon le personnel médical, ce n'était pas une crise cardiaque, ni une attaque, ni une dépression nerveuse. C'était comme si je me suis éteint, mais sans entrer dans le coma. J'ai été admis pendant trois jours, mais tout les tests n'ont menés a rien. À la fin, les docteurs m'ont simplement recommandé de prendre un peu de repos et m'ont prescrit un régime plus substantiel que celui je suivais jusqu'à maintenant. Le Principal a été d'accord avec cela et m'a accordé cinq semaines , au lieu des deux conseillées par mon médecin. Juste à temps pour la fermeture de l'année universitaire.
Mes assistants s'occuperont des examens.

Les arbres, une vieille qui parle avec des loups, les bois, le vent, deux sommets, un ruisseau et une construction qui semble coincés dans un monde immobile aussi antique que la Terre elle-même. Le soleil enveloppe tout, les nuages avancent à travers les vallées. Et le silence du temps glisse par l'immensité dans laquelle je m'abandonnai. Tout s'efface comme le lendemain se rapproche. Je suis dominé par une idée de l'imprécision. Je sens que mon corps est de plus en plus lourd comme un rocher. Je n'ai pas eu de bénéficier de trois jours de repos absolu. et les photos sont toujours enveloppées sur la table.

Marco m'a visité aujourd'hui. Il m'a indiqué comment les choses se passaient à l'université. En étant assis à une petite table, j'ai fait semblant de l'observer et de faire attention ce qu'il disait. Je lui ai demandé s'il voulait du café, il a incliné la tête et m'a dit qu'il allait se servir.
"Vous devez vous reposer…" a-t'il dit souriant d'un air satisfait.
"Je vous ai dit une myriade de fois de ne pas me répondre d'une façon si impolie !" ai-je répondu, le laissant le faire.
Peu de temps après, il est revenu de la cuisine portant un petit plateau avec deux demi-tasses. Il est si maladroit, qu'il a trébuché, renversant le café chaud sur le paquet de photos. Tout est arrivé rapide comme l'éclair. En regagnant son équilibre et réalisant ce qu'il venait de faire, il a ouvert l'enveloppe pour enlever les photos, empêchant le liquide de passer dessus; sans prononcer un mot, il m'a remis les photographies, tandis qu'il se nettoyait.
Dès que je les tins dans mes mains, j'ai senti des frissons parcourir mon corps tout entier, et le sentiment difficile qui ne m'a pas abandonné pendant les semaines dernières s'est métamorphosé en horreur. La première image montrait deux montagnes. J'ai chuchoté avec une voix étouffante "Castor et Pollux". Stupéfié en les reconnaissant, j'ai commencé à examiner les autres. Après le nettoyage du désordre, Marco est venu tout près pour regarder ces vieilles photos avec moi.
"Pourquoi certaines d'entre elles ont été déchirées ?" a t'il demandé. "Aucune idée." ai-je répondu dans un accès de colère, sans aucune raison - je ne pouvais pas même me souvenir d'être allé en ces endroits. Malheureusement il n'y avait aucun doute. Certaines des photographies déchirées me représentaient . ainsi que plusieurs emplacements : Périasc, Champoluc, Pilaz.
Quand était je là ? Qui était avec moi ? Pourquoi ces photos ont-elles été déchirées en morceaux ? Rempli de questions, je ne me souciais plus de Marco désormais, si bien qu'après deux ou trois minutes il a prétexté une excuse que je n'ai pas même entendue, donc il pouvait prendre congé. Je parcourais les photos de plus en plus âprement, comme s'il s'agissait d'une séquence de rêve dont je cherchais le sens. Seulement après de nombreuses heures je me suis levé de la chaise pour mettre les photos sur la table et seulement alors j'ai remarqué qu'une des photographies était tombée sous le table. Elle devait être tombée au moment ou Marco les avaient retirées de l'enveloppe pour les protéger du café.
Je l'ai prise, l'ai regardée pendant quelques secondes et ensuite suis tombé sur le plancher, comme un cadavre serait tombé.
La vieille scierie que j'avais vue sur la photo m'est apparu dans mes rêves.
Je l'ai atteinte, mais je ne pouvais pas aller plus près. Je n'ai pas pu passer la clotûre, comme si c'était une barrière invisible. Quand je l'ai vue, j'ai été pris dans une transe. Maintenant comme alors. Elle était sur le seuil et son immense splendeur a illuminé les murs oniriques dans lesquels j'ai été emprisonné. Elle semblait triste et ne m'a pas parlé. Quand je suis venu de nouveau inondé par le Soleil du matin, mes doutes ont disparus : je dois aller en vallée d'Aoste.
Ou, mieux, devrais-je dire, y retourner . J'apporterai avec moi peu de choses et ce bloc-notes, où j'espère que je pourrai écrire comment cette histoire folle finit.
Anna ... comment pourrais-je vous oublier.
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
Grover
* 19/08/2012, 08:05
Message #4
Cyclope du matin calme

Grooaaarrrr
**********
Groupe : Bricoleurs
Messages : 5 671


Merci pour cette traduction qui nous permet de mieux cerner l'ambiance de ce jeu. (IMG:style_emoticons/MystAventure/yes.gif)
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post
persee1
* 19/08/2012, 08:59
Message #5

Tire au flanc !

Groupe : Membres
Messages : 35


et sur le blog de Dreampainter on peut voir des photos de la vrai scierie qui a servie de modèle pour le jeu, ce sont d'ailleurs ces photos que l'on voit pendant les chargements de sauvegardes.

http://dreampainters-anna.blogspot.co.uk/2...al-sawmill.html
User is offlinePM
Go to the top of the page
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



- Version bas débit Nous sommes le : 17/10/2019 - 03:39